La méduse et L’ambition .

La méduse et l’ambition

Un essai créatif sur l’environnement

page2image1821312

1

La méduse et l’ambitionRéalisé par Pierre-Louis Parant.

Édition originale : Yogakayak
Direction éditoriale et artistique : Pierre-Louis Parant Secrétariat d’édition : Noémie Trottier Iconographie : Pierre-Louis Parant
Crédit photo couverture : Pierre-Louis Parant Responsable de l’ouvrage : Marco April Lecture et corrections :
Édith Carette Parant, Céline Turcotte Révision : Maude Gamache-Bastille Maquette et modélisation 3D : Pierre-Louis Parant Illustrations et infographie : Isabelle Demers

Première édition 2014 Yogakayak

ISBN : 1230000033902

Tous droits de traduction, d’adaptation et de reproduction, incluant inventions et design,
réservés pour tous pays.

La reproduction d’un extrait quelconque de ce livre, par quelque procédé que ce soit, est interdite.

Impression : Graphicolor Reliure : Au Vêtement du livre

Dépôt légal au Canada : Janvier 2014 Dépôt légal en France : Février 2014

Imprimé au Québec

2

Table des matières

page4image1614048

DÉDICACE 4 INTRODUCTION 5 ANALYSE DE L’ÉQUILIBRE ÉNERGETIQUE PLANÉTAIRE 6 LA MÉDUSE ET L’AMBITION, LE FILM 17 PRÉAMBULE 18 SYNOPSIS 21 LE FILM 27 LES PERSONNAGES 143 LES INVENTIONS 149 L’ARCHITECTURE ET LES LIEUX DE TOURNAGE 175 LA MAISON MODULAIRE SOLAIRE 179 L’HOMME ET SON UTILITÉ

DANS LA REPRODUCTION PLANÉTAIRE 189 BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR 195REMERCIEMENTS 199

page4image1652528
page4image1648368
page4image1648160
page4image1632352
page4image1630272
page4image1646080
page4image1629024
page4image1647328
page4image1644832
page4image1641504
page4image1654608
page4image1654816
page4image1655024

3

Dédicace

Je dédie ce livre à tous les rêveurs qui ont gardé leur cœur d’adolescent et qui contestent l’ordre établi, sentant l’hypocrisie d’un système dans lequel l’être humain ne s’épanouit pas et où les richesses sont mal réparties. Vous avez raison de contester l’autorité, mais ne le faites pas sans bien comprendre pourquoi. J’espère que ce livre pourra éveiller en vous des étincelles d’optimisme pour réaliser ce monde meilleur tant désiré. Un monde où écologie et humain s’équilibrent et respectent les vrais fondements et aspirations spirituels de tous, en harmonie sur la planète Terre. Je dédie aussi ce livre à mon père, qui passe ses jours à l’hôpital, voyant la vie le quitter petit à petit, nous faisant tous réaliser que cette vie est un passage temporaire et ma foi très court en comparaison à l’horloge cosmique.

(Automne 2011 : mon père est décédé de paralysie supranucléaire progressive. Il reste en paix maintenant, libre de ses souffrances. Il a toujours été une grande source d’inspiration pour moi, me faisant aimer les sciences et rêver du futur sans retenue. Merci de m’avoir appris à aimer les mystères de la vie, papa.)

4

Introduction

Je voudrais ici expliquer ma démarche. J’ai fait une analyse de la trame énergétique qui régit la société et j’ai tenté par la suite d’extrapoler et d’imaginer le monde futurdans le scénario du film. Un peu comme un médecin, jediagnostique le monde, je tente de trouver la source du problème et je prescris le remède sous forme de scénariode film. Je n’ai pas la prétention de sauver le monde, maisj’espère que cette analyse et cette histoire sauront vous informer et vous faire rire, comme j’ai toujours tenté de faire pour mon père qui, pour ma part, vivait une vie trop sérieuse et exigeante.

5

Analyse de l’équilibre énergétique planétaire

Base du calcul : un épi de maïs industriel.
J’ai choisi comme étalon un épi de maïs, car il peut à la fois être la source d’énergie des êtres vivants ou être transformé en huile diesel pour servir de source d’énergie pour les machines et les habitats. C’est aussi un objet bien compris par l’homme et qui fait image, facilitant ainsi la compréhension. De cette façon, il est possible decomparer l’efficacité énergétique des différents systèmes biologiqueset mécaniques.

Commençons par analyser les dimensions de la Terre et l’apport du Soleil en énergie qui est transformée par les plantes en carburant, comme notre épi de maïs.

Productivité du Soleil

Le Soleil envoie sur la Terre 1000 watts au mètre carré.

page7image2910240

Dimension cultivable de la Terre

Le diamètre de la Terre est de
La surface totale de la Terre est de Les continents occupent

Si on enlève déserts et montagnes, il resterait Pour cultiver du maïs

12 750 km 510 100 000 km2149 060 000 km2

100 000 000 km2

page7image1652944
page7image1653152
page7image1653360
page7image1653568

6

Productivité végétale, épis de maïs

Sachant que : 1 km2 produit 800 tonnes métriques de maïs ou 7 millions d’épis de maïs (Source : bureau des renseignements agricoles), 1 tonne = 1000 kilos, 1 litre = 1 kilo d’eau, 1 litre d’huile de maïs valait 3 $ en 2000.

Conversion maïs, carburant, énergie

Avec 500 épis de maïs, on produit 4 litres d’huile de maïs qui peut être utilisée dans les moteurs à combustion, ce qui équivaut, en énergie, à 1 litre d’essence ou de diesel (Source : Mazola).

Il faut donc 125 épis pour produire 1 litre d’huile de maïs.

Productivité des panneaux solaires

En 2000, un panneau solaire d’une moyenne de 100 watts et d’une surface de 1 m2 récupérait 13 à 14 % de l’énergie et coûtait 1100 $.

En 2013, un panneau solaire d’une moyenne de 200 watts et d’une surface de 1,2 m2 transformait 15 à 17% de l’énergie du Soleil en électricité et coûtait 600 $.

7

Consommation

Être humain

Un humain en déplacement dépense :

page9image1657728
page9image1658352
page9image1658144
page9image1658560
page9image1658768
page9image1658976

Marche 100 watts 1 hp Course 300 watts 3 hp Sprint 600 watts 6 hp

Nous supposons qu’il doit consommer 7 épis de maïs par jour pour fonctionner normalement.

Habitation

Une résidence de 3 chambres (bungalow) utilise en moyenne au Canada 2500 watts, soit 130 $/mois. Si on veut produire 2500 watts, on aura besoin d’un système de panneaux solaires produisant 10 000 watts, car, la nuit et lorsque le ciel est nuageux, on ne récupérera pas d’énergie du Soleil. Le coût pour produire 100 watts solaires (panneau, batteries et installation) est de 1000 $. Il en coûterait donc25 000 $ pour produire 2500 watts. Ce montant, si financé sur 30 ansà 7 % d’intérêt, donnerait un paiement mensuel de 200 $/mois.

C’est donc 1,5 fois plus cher de fonctionner à l’énergie solaire qu’à l’énergie hydroélectrique fournie par Hydro Québec et l’énergie solaire requiert de plus des frais de maintenance annuels supplémentaires.

La superficie d’un toit plat de bungalow moyen est de 15 X 6 mètres= 90 mètres2. Les panneaux solaires pour produire 2500 wattsoccuperaient une superficie de 23 mètres2, ce qui correspond à 25% de la surface du toit.

Un édifice à revenus de 10 logements dépense 50 $/mois par logementde 3 chambres (1000 watts), le coût est donc trois fois moins cher en énergie qu’un bungalow.

8

Il y aurait donc suffisamment d’espace, même en ville, pour l’installation de panneaux solaires générant suffisamment d’énergie pour tous les besoins énergétiques. Le défi serait plutôt de rendre letout esthétique.

Génératrice

Une génératrice consomme 1 litre/heure et produit 5000 watts. Elle consomme donc l’équivalent de 125 épis de maïs à l’heure, pour produire 5000 watts.

Un panneau solaire de 200 watts produit donc l’équivalant de la consommation de 5 épis de maïs à l’heure dans une génératrice.

En 2000, un litre de diesel coûtait 0,78 $/litre et pouvait produire 5000 watts. En 2013, un litre de diesel coûte 1,25$ et a toujours la même capacité énergétique.

En 2000, 1 kWh produit à l’essence coûte 0,16 $ En 2013, 1 kWh produit à l’essence coûte 0,25 $ 1 kWh d’Hydro-Québec coûte 0,07 $

De l’an 2000 à aujourd’hui, le kilowatt-heure d’Hydro-Québec est donc passé de deux fois à trois fois moins cher que celui produit à base de pétrole. On constate donc une grande différence entre le coût de l’énergie solaire et celle de l’essence de 2000 à 2013, ce qui explique l’engouement pour l’installation de panneaux solaires en régions éloignées.

9

Automobile, autobus

En l’an 2000, il y avait sur la Terre 700 millions d’automobiles. Il y a aujourd’hui 1 milliard d’automobiles sur le globe. Une automobile se déplaçant à 100 km/h consomme 6 litres d’essence par heure. Une automobile se déplaçant à 100 km/h consomme donc 30 000 watts par heure. Elle a une surface de 4,5 X 2 = 9 mètres2. Si couverte depanneaux solaires efficaces à 20 %, elle pourrait produire 1800 watts.Donc, elle ne peut théoriquement récupérer du Soleil que 30% de l’énergie totale dont elle aurait besoin si les panneaux solaires étaientefficaces à 100%. Par contre, les expériences étudiantes démontrentqu’un véhicule d’un passager ayant une forme adaptée peut rouler par la seule puissance de ses panneaux solaires à une vitesse de 70 km/h en plein soleil d’Australie. Un autobus de 50 passagers roulant à 100 km/h dépense 40 $ d’essence à l’heure (250 000 watts). La puissance pour déplacer un passager à 100 km/h est donc de 5100 watts. Il est donc six fois moins cher de se déplacer en autobus qu’en voiture.

Tout porte à croire qu’il y aura des développements dans le domaine du transport, et on pourrait voir apparaître des véhicules hybrides ayant des formes de plus en plus adaptées à l’installation de panneaux solaires sur les surfaces les plus exposées.

Poissons

Les poissons et les mammifères marins se déplacent beaucoup plusefficacement dans l’eau que les navires. Les nageoires propulsent plus efficacement les poissons de forme aérodynamique que les hélicesne propulsent les bateaux. La peau des poissons est aussi recouverte d’écailles et de mucus, qui offrent moins de résistance à l’eau que les coques de matières brutes des navires.

10

Bateaux

Une embarcation qui ne se déplace qu’avec sa vitesse de coque dépense, pour un bateau de 10 mètres, 10 litres, à une vitesse de 10 km/h. Elle pourrait donc transporter l’équivalent d’un autobus de 50 passagers sur une distance de 100 km pour un montant de 12,50 $, donc 0,25 $ par personne. Évidemment, il n’y a pas de stations-service sur la mer et les chemins sont complexes, alors le choix va vers l’autobus, à moins d’atteindre les dimensions d’un paquebot, où tous les services sont à bord, ou que les articles transportés soient des marchandises qui ne nécessitent pas de livraison rapide. Pour le transport théorique d’un humain vers la Floride, qui durerait 60 heures sans arrêt, le coût énergétique serait de 15 $.

Un bateau à moteur de type « planing » dépense, à une vitesse de 40 km/h, 160 litres à l’heure, ce qui coûte 200$. Cette dépense équivaut à 800 000 watts.

Cette situation est extrême et particulière puisque, pour surmonter la vague et atteindre le « planing », le bateau a besoin d’une grande poussée d’énergie. Maintenir cette grosse embarcation au surf est aussi particulièrement énergivore.

Ici encore, on verra sûrement la forme des bateaux à déplacement de coque s’adapter à la collecte de l’énergie du Soleil pour naviguer sans effort sur les mers du globe.

On pourrait aussi voir apparaître des vaisseaux à coques visqueuses, propulsés par des mécanismes imitant les nageoires des poissons,pour une plus grande efficacité énergétique. Puisque la résistance aumouvement diminue proportionnellement à la longueur du vaisseau, la tendance serait de voir les vaisseaux grandir le plus possible pour transporter à faible coût gens et marchandises. Ces vaisseauxpourraient devenir des îles flottantes produisant énergie solaire etnourriture, et interagir avec la mer de façon autonome.

11

Avion

Un Boeing 747 transportant 365 passagers dépense, à une vitesse de croisière de 800 km/h, 50 millions de watts, donc 135 000 watts par passager. C’est donc 4,5 fois plus qu’une automobile, mais 8 fois plus rapide.

Oiseaux

Une oie blanche qui vole à 40 km/h consommerait 0,5 litre d’huile végétale par jour, donc 0,5 litre/24 h = 0,02 litre/h (100 watts). Si un humain était un oiseau de 160 livres, il consommerait 400 watts pour voler à 40 km/h. Donc, un humain ou une machine volante aussiefficace qu’un oiseau devrait dépenser, pour voler vers la Floride,3000 watts à 300 km/h. Le voyage durerait 9 heures, 9 h X 3000 watts électriques à 0,14 $, soit 5 $.

On pourrait alors imaginer des avions géants en fibre de carbone quicollectent une partie de l’énergie du Soleil et pourrait voler moinshaut et plus lentement pour avoir plus d’efficacité énergétique. Ces véhicules pourraient profiter des courants aériens pour voler sanseffort d’un point du globe à un autre. Par contre, ils pourraient être plus vulnérables aux intempéries, ce qui rendrait leur utilisationmoins fiable.

Calcul de la limite de la population terrestre par mode de vie

La surface nécessaire pour permettre à un Américain de vivre est de 5 habitants/km2. Pour un Japonais, elle est de 300 habitants/km2. Le champion en densité pour la grandeur du pays est l’Inde, avec 400 habitants/km2. La surface d’occupation physique des humains n’est pas la limite, mais ce sont plutôt les besoins en nourriture qui déterminent la limite du nombre maximum d’humains sur la Terre, d’où le calcul du maïs.

12

Vie sauvage

Les peuples autochtones de l’Amazonie étaient 6 millions sur une surface de 6 millions de km2. Donc, on peut supposer que les aborigènes s’équilibraient au taux de 1 humain/km2 dans la nature des pays chauds.

En comparaison, la Terre pouvait contenir à l’époque des Inuit nomades, 1 habitant par 10 km2 de territoire nordique. Pour un calcul simple, 150 millions de km2 accueillant 1 habitant au km2 = 150 millions d’individus. L’histoire nous apprend qu’en moyenne, avant la révolution industrielle, il y avait 200 millions de personnes sur la Terre.

Vie agricole théorique

Je calcule ici en utilisant l’étalon « épi de maïs » et en ne prenant pas en compte la production des océans, ce qui équilibre l’aspect théorique d’une vie basée sur la consommation unique de maïs.

Un paysan consommerait par jour(Amish, La Petite Maison dans la prairie)

page14image1656272

Transport 8 épis (un cheval par famille)

Maison Nourriture Divertissement Pertes

Total

paille des épis 7 épis 2 épis 3 épis

20 épis/jour

page14image1656480
page14image1656688
page14image1656896
page14image1657104
page14image1657312

Donc : 20 X 365 jours = 7300 épis/année.
Si un champ produit 7 millions d’épis/année, 1 km2 peut maintenir en vie 1000 personnes.

100 personnes X 100 millions de km2 = 100 milliards de personnes.

13

Si on imagine un mode de vie en survie à seulement 7 épis par jour, et cela est sûrement moins dans certaines parties du globe, alors la planète supporterait 300 milliards d’individus dans de mauvaises conditions.

Vie nord-américaine actuelle

Un Américain consomme chaque jour :

Transport (1 heure de voiture) Maison
Nourriture 1 litre Divertissement 1 litre

Total

3,5 litres 3,5 litres 0,5 litre 0,5 litre 8 litres = 1000 épis

page15image1658144
page15image1658352
page15image1658560
page15image1658768
page15image1658976

Si 500 épis = 4 litres
Donc, une personne consomme l’équivalent de 1000 épis de maïs par jour. Donc, 365 X 1000 épis = 365 000 épis. Si 1 km2 produit 7 millions d’épis, alors 7 millions/365 000 épis = 20, donc un champ de 1 km2 peut faire vivre 20 personnes. Donc 20 X 100 000 000 km2 = 2 milliards de personnes.

On aurait donc déjà dépassé la capacité de production de la planète. Il serait logique de constater un déséquilibre du système, réchauffement, pollution, etc.

On pourrait penser qu’une société humaine pourrait atteindre l’équilibre si elle diminuait sa consommation énergétique du 2/3 et se stabilisait à un maximum de 10 milliards d’êtres humains qui vivraient de façon plus zen. Ce serait par contre mieux de laisser la populationplus basse et de profiter d’une nature plus riche et abondante.

14

Conclusion et comparaisons

Si 1 m2 produit 4 épis, donc le maïs transforme 1 % de l’énergie solaire en combustible utilisable. Les panneaux solaires actuels donnent 17 % de rendement. Le rendement de la nature pour produire de l’énergiene serait donc pas très efficace. Il serait plus logique d’étudier la façonde faire marcher des véhicules électriques par l’énergie solaire, plusefficacement que de tenter de fabriquer de l’éthanol à partir de maïs oud’autres légumes, ce qui prive des millions de personnes de ressources alimentaires.

Il faut 50 fois plus d’énergie pour vivre en mode américain que paysan. Notre mode de vie est extrêmement énergivore et menace l’équilibre planétaire de façon évidente.

Nous sommes 7 milliards d’humains sur la Terre et ce chiffre double tous les 40 ans. Si les humains étaient répartis uniformément partout sur la planète, il y aurait déjà 3 fois plus de personnes par km2 aux États- Unis. Il apparaît évident que l’industrialisation et la surpopulation arrivent à un moment décisif et il n’est pas surprenant de voir des guerres se déclarer pour les ressources énergétiques.

Par contre, si l’amélioration de l’efficacité des panneaux solairescontinue, cette formidable augmentation de 100% du rapport coût/ performance en 10 ans, une révolution énergétique pourrait voir le jour d’ici seulement 10 ans, puisqu’il serait alors plus économique d’utiliser l’énergie solaire que celle du pétrole pour nos besoins énergétiques.

On voit aussi qu’on peut améliorer l’efficacité énergétique dans lemonde de l’aviation et que le coût du transport de la marchandise par avion ne serait pas si onéreux qu’on le croirait. Il est fort à parier que le transport aérien va continuer de se développer au détriment du transport terrestre.

Il y aurait aussi de grandes possibilités de produire de l’énergieefficacement en recyclant les détritus humains pour y soustraire lecarbone. On voit apparaître des usines de production d’énergie à

15

même les centrales d’épuration des eaux usées des villes et du fumier de vache en campagne.

Il y a aussi des projets extrêmement prometteurs où des algues marines sont cultivées dans le seul but de produire une huile résiduelle aussi énergétique que le diesel et l’huile de maïs, à coût bien moindre.

16

page18image1834080

17

La méduse et l’ambition,le film

Écrit en 2002Préambule

En 2014, il y a 7 milliards de personnes sur le globe. Nous, les humains, produisons trois fois plus de pollution qu’au dix-neuvième siècle. Nous faisons déjà face à de graves problèmes environnementaux à l’échelle planétaire, comme la diminution de la couche d’ozone, l’effet de serre, etc. À cause de l’accroissement rapide de la population et de l’industrialisation, il y aura durant le prochain siècle, comme décrit sur ce graphique, une production immense de pollution, plus de six fois ce qui existe déjà. Les pays en voie de développement consomment, par habitant, 50 fois moins que les pays industrialisés, mais, dans la décennie qui suit, un pourcentage accru de paysans passeront à un mode de vie industriel pour aboutir, comme le montre le graphique, et pour se conformer au modèle « Made in U.S.A. », à ce qu’en 2100 la totalité de la population mondiale vive selon le mode de vie nord-américain. En fait, cela est impossible : la Terre ne produitpas suffisamment de ressources pour soutenir la demande.

page20image3815648

19

Si l’on place ce scénario en perspective universelle, il se réalisera sur un très court laps de temps. Sur une période de 2000 ans, on pourra constater l’ampleur de l’impact de notre mode de vie industriel. Il y a 2000 ans, l’humanité ne représentait que 200 millions d’individus. Aujourd’hui, il y en a 6,1 milliards et demain il y en aura 30 milliards. Pensez-y, il y aura, sur le globe, l’équivalent de 3 New York, 3 Mexico, 3 Sao Paulo, couche d’ozone en moins, en plus des changements de climat radicaux et peut-être même des problèmes « physico-chimiques » dont nous ne connaissons même pas encore la nature. En fait, jecrois bien que vous comprenez que nous parlons de fin potentielle dumonde des humains.

Si l’on place notre existence sur une échelle d’ordre écologique, notre production de pollution est comparable à l’impact du météorite qui fut responsable de l’extinction des dinosaures.

Que pouvons-nous faire, direz-vous?
Eh bien, je répondrais en disant : « Faisons un film. » Nous avonsbesoin d’un événement médiatique mondial. Nous avons besoin d’un scénario qui va aider à conscientiser les gens.

Le concept de ce film est d’aider le spectateur à comprendre où il sesitue dans la progression de l’exploitation de la planète, quels sont les impacts de ses choix et quels sont les résultats possibles, si rien ne change. Le monde est observé dans ce projet en trois temps distincts. Le premier temps est le moment présent et les deux autres se passent en 2100, mais selon deux hypothèses différentes. Une de ces hypothèses est une représentation du capitalisme pétrolifère aboutissant à une terrible situation. L’autre est une extrapolation du monde actuel, dans

20

page21image3815424
page21image3814976

lequel tous les changements nécessaires ont été effectués grâce à un événement très important. Cet événement a complètement changé notre façon de vivre, en mieux. Cet événement est l’invention de super panneaux solaires.

Synopsis

Stimulé par une conférence de Steven Suzuki sur l’environnement, Richard Bellavance, un jeune et génial architecte de la ville de Québec,fait la découverte d’un nouveau principe photovoltaïque efficaceet économique. Il se lance alors dans la fabrication de prototypesde super panneaux solaires pour les édifices. Le dirigeant d’uneimportante compagnie pétrolière entend parler de ce projet et décide de faire éliminer le génie pour protéger les intérêts de la compagnie. Il engage un groupe d’assassins pour éliminer Richard. Par chance, ce groupe d’assassins spécialistes de la plongée sous-marine, dont la chef, Antésis, est une jeune et jolie femme sadique, le kidnappe au lieu de le tuer, pour s’en servir comme cobaye de laboratoire, dans le but de tester une nouvelle drogue extraite des étoiles de mer venimeuses non loin du laboratoire sous-marin. Deux futurs hypothétiques existent simultanément dans ce scénario. L’un d’eux est l’extrapolation du capitalisme au pétrole actuel, l’autre, un monde positif sans pollution, formant une extraordinaire société sophistiquée. Les services secrets des Nations Unies sont mis au courant de la disparition de Richard. Ils décident donc de faire appel à un héros pour sauver l’avenir du monde et avoir la chance de sortir des méfaits de la combustion du pétrole. Accompagné par Sophie Hoover, le héros québécois Philippe Richelieu, pilote d’avion pour Air Transat, est sélectionné pour sauver Richard. Ils se rendront à Mont-Tremblant, où Richard a été vu pour la dernière fois. Ils y rencontrent plusieurs personnages colorés et trouveront certains indices quant à la capture de Richard. Ces indices les mèneront à la rencontre des parents de Richard, dans la ville de Québec. Une bonne discussion les renseigne sur les travaux de Richard et ils sont dirigés vers l’aquarium de Québec pour rencontrer Innouptiktouk, le sage amérindien ami de Richard qui est à l’origine du concept philosophique menant à la création des panneaux solaires. Innouptiktouk les dirigera vers la Floride, où existent des laboratoires sous-marins qui seraient le refuge d’Antésis et des kidnappeurs. Ils

21

s’y rendront et plongeront sur l’épave habilement transformée enlaboratoires par Antésis. Déguisés en scientifiques, ils pénètrent àl’intérieur du laboratoire où est emprisonné Richard. Ils font face àAntésis, prêtresse maléfique, chef du groupe de plongeurs assassins.Sophie et Philippe seront découverts, mais ils remontent à la surface en ramenant Richard de justesse. Deux adolescents fanatiques de technologie (Jean-François et Julie) les aideront à revenir sur la plage. Ils retournent sur le continent pour revenir attaquer avec les forces desNations Unies afin de sortir les scientifiques de l’épave et détruire leslaboratoires d’Antésis, restaurant ainsi un futur positif.

Le monde positif de 2100, un monde écologique

Après la découverte des super panneaux solaires, l’humanité s’est ralliée pour s’attaquer aux problèmes critiques d’environnement. Les méthodes qui avaient été cachées au public par les compagnies pétrolières, parce que celles-ci craignaient de voir diminuer la consommation de combustibles fossiles, furent divulguées. L’électricité en 2100 est le moyen principal de transfert d’énergie. Tous les appareils exposés au soleil sont couverts par des cellules photovoltaïques transformant 45 % de l’énergie solaire en électricité. L’hélice électromagnétique a été développée et remplace les turbines des avions et les pales des hélicoptères. Ces inventions, de même que la technologie informatique, ont complètement réorganisé les moyens de transport. Les véhicules de transport au sol sont de propriété publique et sont complètement gérés par un système informatique global. Ils suivent des routes virtuelles et emmènent le passager directement à destination sans qu’il ait besoin de conduire. Toutes ces innovations ont grandement allégé le mode de vie. Le citoyenn’a qu’à louer un véhicule selon ses besoins spécifiques, et cela, dansn’importe quel pays. Il est facturé chaque mois selon son utilisation.

Les gens vivent dans des habitations environnementales et des édifices écologiques recouverts de panneaux solaires. Plusieurs édifices sontaussi munis de serres qui peuvent produire une bonne partie de la nourriture nécessaire avec une qualité et un goût exceptionnels. Mêmeles États-Unis ont ratifié les accords des Nations Unies concernant les

22

substances polluantes, et les contrevenants sont maintenant déclarés responsables et accusés de crime contre l’humanité.
Le Canada s’est associé au Brésil pour former un pays intercontinental, comme c’est le cas de plus en plus entre les pays du nord et ceux du sud. Les deux pays tirent avantage de leur climat respectif.

La majorité des Nord-Américains prennent leurs vacances durant l’hiver et vont vers le sud, puisque toutes les vacances scolaires sont dorénavant durant cette période. L’inverse se produit l’été, quand les habitants des pays du sud migrent vers le nord pour passer outre les périodes de grandes chaleurs et d’ouragans.

Les déplacements sont faits en avions géants à vol lent et en petits véhicules publics électriques. Ces véhicules se déplacent de façon sécuritaire sur de courtes distances. Un système informatique central contrôle la circulation, et les passagers n’ont pas besoin de conduire. Ils conduisent s’ils en ont envie, pour certaines urgences ou pour se rendre à des endroits non répertoriés. Les plus grandes distances sont effectuées en avions-zeppelins. Ces énormes appareils peuvent contenir 1000 passagers répartis sur trois niveaux. On trouve à l’intérieur un théâtre, des salles de bain luxueuses, un restaurant, un bar et même un gymnase.

La conquête de l’homme sur l’océan a continué au détriment de celle de l’espace, car elle recelait plus de solutions pour contrer la pollution. Le sport et le transport se sont combinés en une diversité d’équipementscouplés à des couloirs de circulation conçus spécifiquement pour lesdéplacements. Par exemple, les gens peuvent circuler dans des tubes transparents, extensions des pistes cyclables, un peu partout dans le centre-ville. D’autres équipements, tels des vélos nautiques, des patins à neige, des petits kayaks ainsi que des patins à roulettes, combinent l’utile du transport au plaisir qu’apporte l’activité physique. Fini les gymnases sans oxygène dans les sous-sols. Les gens conservent donc une bonne condition physique en circulant dans de superbes voies réservées, décongestionnant ainsi le centre-ville. Des systèmes de respiration biomécaniques subaquatiques ont été inventés et permettent à l’homme de redevenir marin. Plusieurs observatoires marins ont été construits sur les côtes. Ils sont munis de sas et permettent un accès à des habitats subaquatiques.

23

Contexte politique

Une fabuleuse communication entre les humains est favorisée parun système de transport et de télécommunication très efficace. Lesupernet, extension naturelle de l’internet, permet aux utilisateurs defaire parvenir courrier, photos et films en une fraction de seconde. Cestechnologies ont grandement réduit les tensions politiques. L’Orient et l’Occident ont fusionné pour former un monde de paix et d’amour extraordinaire.

Les citoyens ont le droit de vote sur le supernet en pressant un bouton de réponse (oui ou non) aux questions débattues par les fonctionnaires sur les sujets locaux, nationaux ou internationaux. La démocratie supernet garantit l’obtention de la véritable opinion collective sur les projets d’affaire publique. La possibilité d’une extinction de l’humanité a grandement rapproché les individus. Deplus, diverses réformes sociales ont énormément simplifié la gestion fiscale. Les grandes sommes d’argent ne peuvent être transférées deparent à enfant. Les gros héritages font dorénavant partie d’un fond commun favorisant le développement d’entreprises et l’éducation. De cette façon, les énormes héritages qui empêchaient les enfants de personnes riches de pouvoir se connaître et croître comme les autres individus sont abolis. La seule chose que les parents peuvent léguer à leurs enfants, à part quelques centaines de milliers de dollars, c’est une bonne éducation et de saines valeurs.

Contexte social

Les gens vivent dans des édifices communautaires. Ils peuventpartager plusieurs services et ont la liberté de choisir d’être seuls oud’avoir une vie sociale chaleureuse et gratifiante. Les hommes et lesfemmes se marient et la communauté les aide à élever leurs enfants. Les gens n’ont plus de sentiment patriotique, mais plutôt un sentiment d’appartenance à l’humanité, à la mère nature, à la Terre et à son écologie. La communication est très importante et les gens socialisent beaucoup. Une nouvelle religion universelle fut créée en combinant les meilleures valeurs de toutes les anciennes religions.

24

Le monde négatif en 2100

En 2100, version catastrophique. L’atmosphère est réduite du cinquième de son épaisseur actuelle.

Le pourcentage d’oxygène a diminué de 21 % à 18 % et la concentration en matières polluantes a été multipliée par six. La couche d’ozone esttrès endommagée et les rayons cosmiques dangereux filtrent à traversles nuages. La glace du pôle arctique a totalement fondu, à cause de l’effet de serre. Le climat planétaire a complètement changé, latempérature moyenne a monté de 5 degrés Celsius. La superficie desdéserts a triplé, réduisant ainsi d’autant les habitats naturels. Le niveau des océans a monté de 3 mètres et a ainsi submergé le premier étage des cités côtières. La vie animale naturelle a presque complètement disparu, remplacée par des animaux de fermes, le plus souventmodifiés « bio technologiquement » pour accroître leur productivité.Ces animaux de ferme haute-performance, qui ressemblent à des moutons ou des vaches, ont de petites œillères de plastique pour empêcher leurs yeux d’être brûlés par le soleil. Tous les animaux non protégés deviennent aveugles, les hommes y compris. Souvent à causede la forte incidence des rayonnements infrarouges non filtrés, leshumains et les animaux développent des cancers de la peau. Les autres formes de cancer et de maladies pulmonaires sont très répandues à cause du haut niveau de pollution contenue dans l’air. Quatre personnes sur cinq sont malades. L’espérance de vie est passée de 75 ans à 51 ans en l’espace d’un siècle. La population humaine a atteint 50 milliards de personnes, mais est maintenant en forte diminution, le standard de vie humain s’étant complètement effondré. Plusieurs peuples sont redevenus sauvages et même cannibales, réduisant ainsi leur nombre. Dix puissantes familles contrôlent 99 % de tout l’argent du monde. Ses membres contrôlent aussi les équipements militaires complètement robotisés qu’ils utilisent pour se défendre contre lepeuple. Ils profitent, grâce à leurs technologies avancées, de réserves écologiques ou d’environnements artificiels reconstitués, ainsi qued’apports supplémentaires en oxygène et d’un luxe des plus absurdes.

Quelques communautés financièrement non organisées viventà l’ombre des montagnes dans le nord du Québec. Le climat à cet

25

endroit a beaucoup changé, mais une espèce de bouleau noir survitde façon surprenante et permet une certaine qualité de vie en filtrantl’air. Il y a souvent des tornades et des ouragans en conséquence à la surcharge énergétique de la planète. Les survivants ne peuvent aller directement sous le soleil. Ils se déplacent à l’ombre ou durant la nuit, à la recherche d’insectes et de champignons desquels ils s’alimentent. Une certaine forme de végétation de feuillus survit sur les côtés des montagnes non exposées directement au soleil. Dans ces endroits, de petits ruisseaux permettent aux rescapés de boire. Ces groupes d’humains ont été capables d’avoir des enfants sans trop de défauts congénitaux. Certains n’ont pu s’organiser et ils errent, transportant leurs mutations et cancers à travers la toundra. Les meilleurs survivants ont reconstruit des villages primitifs avec les restes de la civilisation du vingtième siècle.

26

page28image3812288

27

Le film

EXT. BORD DU LAC SAINT-JOSEPH, QUÉBEC, JUILLET 2007.

Long pan sur ce magnifique lac du Québec pendant le générique déroulant.
La caméra se stabilise sur une jolie cabane à bateau bourgogne avec de grandes portes sur le bord du lac.

Des cris retentissent.

RICHARD

Hihaaaaa! Youhouuuuu!
EXT. VUE LATÉRALE SUR LA CABANE À BATEAU.

Richard, grimpé sur la cabane, plonge dans l’eau.

EXT. VUE SOUS-MARINE DANS LE LAC.

Richard plonge sous l’eau et nage vers le fond. Il se recueille quelques instants dans une position yogique.

EXT. VU DE LA SURFACE DU LAC.

Richard remonte à la surface de l’eau, heureux comme un prince, et nage vers la berge. Il sort de l’eau et entre dans la cabane à bateau.

EXT. VUE VERS LA CABANE D’UN POINT DEPUIS LE LAC.

On entend et voit les deux grandes portes ouvrir. Richard sort et installe deux rails en aluminium qui partent de l’intérieur de la cabane et se rendent dans l’eau du lac. Il entre à nouveau dans la cabane.

29

EXT. VUE LATÉRALE DE LA CABANE À BATEAU.

[Bruit de la bicyclette à hydroptère]Sziiiiiiiii! Richard, juché sur une bicyclette à hydroptère révolutionnaire, sort de la cabane, descend les rails et commence à pédaler sur l’eau à grande vitesse.

RICHARD

Hihaaaaaaa! Youuuuuhouuu!

EXT. VUE SUR LE LAC, GROS PLAN SUR LA BICYCLETTE À HYDROPTÈRE.

On voit Richard pédaler rapidement sur l’eau.

EXT. GROS PLAN SOUS-MARIN.

La bicyclette à hydroptère passe à toute vitesse.

MARIE-FLORE

Héhooooo, Richaaaaaaaaaaaaaaaaard!

EXT. VUE SUR LE LAC, GROS PLAN SUR LA BICYCLETTE À HYDROPTÈRE.

Richard se retourne et regarde en direction des cris.

RICHARD

Hé! Marie-Flore! Salut mon bijou. Attends, j’arrive tout de suite.

EXT. VUE SUR LE LAC, GROS PLAN SUR LA BICYCLETTE À HYDROPTÈRE.

Richard tourne et se dirige vers la plage.

EXT. VUE LATÉRALE DE LA PLAGE.

Richard débarque de la bicyclette à hydroptère, la soulève au bout de

30

ses bras et monte sur le terrain du chalet. Il la pose sur le sol.

MARIE-FLORE

Hé, toi, c’est quoi ça?

RICHARD

Bien, c’est ma nouvelle invention. Tu sais, le vélo à hydroptère.

MARIE-FLORE

Je pensais que tu utilisais un flotteur de planche à voile.

RICHARD

C’est ce que je faisais, mais là, je voulais savoir si on peut aller plus rapidement sur des hydroptères.

MARIE-FLORE

C’est quoi des hydroptères?

RICHARD

C’est l’équivalent des ailes d’un avion, mais qui fonctionne sous l’eau.

MARIE-FLORE

Ha bon, et c’est rapide?

RICHARD

Oui, vraiment bien.

MARIE-FLORE

Hé, alors c’est mieux que l’autre version que tu as inventée.

RICHARD

Je ne sais pas encore, on verra. De toute façon, c’est tout pour aujourd’hui, on retourne à la maison ma chérie. Allez!

31

EXT. VUE SUR LE TERRAIN DU CHALET.

Richard et Marie-Flore s’embrassent et ils remontent le terrain vers le chalet.

INT. CHALET SUR LE LAC.

MARIE-FLORE

Richard, pourquoi tu continues à travailler sur ce projet,tu en as d’autres, ce n’est pas suffisant?

RICHARD

Non, ce que j’ai fait est bon, mais, si je veux vraiment savoir ce qui est le plus rapide, c’est en faisant des expériences que je vais le savoir. C’est comme ça qu’on apprend et qu’on peut faire des découvertes.

MARIE-FLORE

Oui, mon bijou, viens dans la chambre, on va faire d’autres expériences! Hi! Hi! Hi!

Ils se dirigent vers la chambre et y entrent en se jetant sur le lit. Ils s’embrassent, se serrent et roulent sur le lit.

FERMETURE EN FONDU
***

OUVERTURE EN FONDU

INT. LABORATOIRE DE RICHARD SAINTE-FOY, QUÉBEC.

Richard est en train de travailler sur son prototype de vélo à hydroptère. Il perce une pièce sur l’étau. On voit toutes sortes de pièces joncher le sol et d’autres rangées sur des étagères accrochées aux murs. Il y a aussi des ordinateurs qui montrent des dessins en trois dimensions. Un rayon de soleil passe par la petite fenêtre à carreaux.

32

EXT. VUE AÉRIENNE DU TERRAIN DE LA MAISON DE RICHARD.

Le petit laboratoire est installé au bout du terrain, près du cap. Il donne sur une petite cour arrière cachée par une haie de feuillus, ce qui crée naturellement un espace très intime. Un foyer fait de rebuts de briques y a été aménagé et différentes pièces de voiture, pompes de piscine, etc., nichent sur le sol.

GROS PLAN SUR RICHARD.

Richard bricole ses trucs et semble comblé. On peut voir la satisfaction du travail bien fait dans ses yeux. Marie-Flore arrive.

MARIE-FLORE

Salut, toi, toi, toiiiiiiiiii!

RICHARD

Ho! Tu m’as fait peur! Qu’est-ce qu’il y a, mon bijou?

MARIE-FLORE

page34image3803104

Je m’ennuyais de toiiii!

33

RICHARD

Moi aussi.

MARIE-FLORE

Que fais-tu?

RICHARD

Eh bien, je suis en train de fabriquer un nouvel arbre d’hélice plus léger.

MARIE-FLORE

Qu’est-ce qu’il y a, le dernier n’était pas bon?

RICHARD

Non, c’est juste que je veux en faire un plus léger, c’est tout.

MARIE-FLORE

Ah bon! C’est quoi ça, sur l’ordinateur?

RICHARD

Ha oui, ça, c’est un projet sur lequel j’ai travaillé avec un ami. Son père travaille chez Parcs Canada. C’est un observatoire sous-marin qui devrait être installé sur le bord de l’eau dans le coin de Tadoussac, Les Escoumins, en fait. Tu sais, l’endroit où je vais faire de la plongée sous-marine?

MARIE-FLORE

Oui, hi, hi, je me souviens, le rocher où on se faisait bronzer et où on regardait passer les baleines.

RICHARD

Oui, hi, hi, le snack-bar pour baleines. Tu te souviens, il y en avait une qui a fait surface tout près des rochers.

MARIE-FLORE

Oui, ho! J’avais eu tellement peur. Wow, elle était si
34

grande. Et toi, tu venais juste de sortir de l’eau. Si tu étais resté en plongée plus longtemps, tu aurais rencontré Moby Dick. Hi! Hi! Hi!

RICHARD

Elle m’a fait peur, celle-là. Je suis sûr que, si on faisait attention, elle viendrait nous voir plus souvent tout près comme ça. Ça m’a donné l’idée de concevoir une machine pour que les gens puissent voir le fond de la mer sans faire de la plongée. Regarde bien l’ordinateur, je vais faire fonctionner l’animation.

GROS PLAN SUR L’ÉCRAN D’ORDINATEUR.

On voit l’observatoire sous-marin glisser sur des rails et descendre dans l’eau.

RICHARD

Tu vois, Marie-Flore, c’est un grand tube de polycarbonate et, lorsqu’il est dans l’eau, les gens peuvent descendre l’escalier vers le fond de la mer.

MARIE-FLORE

Je vois, je vois. Donc, s’il y a du mauvais temps et durant l’hiver, tu peux tout remonter hors de l’eau. Suuuper!

RICHARD

Voilà! Donc pas de danger.

MARIE-FLORE

Pas mal! Et c’est pour quand, la construction?

RICHARD

Pour bientôt, j’espère, mais un nouvel aquarium vient juste d’être construit, alors je ne sais pas trop. De toute façon, on peut installer ce truc sur n’importe quelle côte. Donc, peut-être en Floride ou au Brésil.

35

MARIE-FLORE

Et ça, Bijou, qu’est-ce que c’est? GROS PLAN SUR LES PATINS À NEIGE.

RICHARD

Bien ça, Marie, ce sont des patins à neige. Tu peux patiner comme avec des patins à glace, mais sur la neige damée. Regarde bien la vidéo.

GROS PLAN SUR L’ORDINATEUR.

On voit Richard patiner sur la neige gelée des plaines d’Abraham.

MARIE-FLORE

Ha! Ha! Ha! C’est vraiment rigolo, ce truc! Ha! Ha! Tu es sûr que c’est mieux que tes skis de fond?

RICHARD

Heu, ouais, heuuu, je pense.

MARIE-FLORE

Ha! Ha! Ha! Tu me fais tellement rire avec toutes tes inventions! Hi! Hi! Hi!

Marie-Flore regarde une maquette d’un édifice étrange de forme cylindrique.

MARIE-FLORE

Bon, alors, tu as finalement décidé de faire del’architecture.

RICHARD

Oui, enfin, oui. Regarde bien.

Richard actionne un interrupteur. On voit l’édifie qui commence à tourner lentement.

36

MARIE-FLORE

Hi! Hi! Hi! Mais voyons, pourquoi il tourne, ton édifice?C’est comme Le Concorde?

RICHARD

Oui, sauf que, regarde bien, il tourne de 180 degrés d’un coté et de 180 de l’autre.

MARIE-FLORE

Mais ça donne quoi, tout ça?

RICHARD

Il tournera très, très lentement. Un tour par 24 h. Non, mais, Marie, c’est super parce que tous les résidents auront une vue parfaite de 360 degrés.

MARIE-FLORE

Wow, ça serait super si on le construisait avec une vuesur le fleuve.

RICHARD

Oui, et, en bonus, on a la vue sur la ville. Tu imagines tous les endroits où on peut construire?

MARIE-FLORE

Un vrai James Bond, ce mec! Hi! Hi!

Richard regarde l’heure.

RICHARD

Hey, Marie, tu viens avec moi ce soir! Il y a une conférence à l’université sur l’environnement.

MARIE-FLORE

OK, oui, c’est à quelle heure?

RICHARD

À 8 h, au Grand Salon. C’est avec Steven Suzuki.

37

MARIE-FLORE

Oui, ça fait longtemps que je veux aller voir une de ses conférences. Je passe te chercher à 7 h 45. Bisou, bisou!

COUPÉ.

***

page39image1829600

38

OUVERTURE EN FONDU.

INT. UNIVERSITÉ LAVAL, GRAND SALON.

Les étudiants et professeurs entrent dans la grande salle, impatients de voir la conférence.

GROS PLAN SUR RICHARD ET MARIE-FLORE.

Richard et Marie-Flore s’assoient et regardent la scène où doit apparaître le grand gourou canadien de l’environnement, Steven Suzuki.

GROS PLAN SUR STEVEN SUZUKI.

STEVEN SUZUKI

Mesdames et Messieurs, merci d’être venus ici pour me rencontrer ce soir. Vous savez, l’heure est grave. Nous assistons maintenant à la dégradation de plus en plus rapide de la planète Terre, qui est, soit dit en passant, notre seul et unique habitat. Nulle part ailleurs dans l’univers ne pourrons-nous retrouver un endroit aussi propice à la vie humaine. Si vous pensez que nous allons quitter la Terre pour aller nous établir sur une autre planète, j’ai de mauvaises nouvelles pour vous. Imaginez-vous que cela a pris des millions d’années pour que la sélection naturelle amène les mammifères au statut d’être humain. Nous sommes parfaitement adaptés à vivre ici. Alors, comment pensez-vous que nous puissions, en quelques dizaines d’années, trouver une planète qui aurait les mêmes conditions de vie que la Terre? C’est rigoureusement impossible. Comment pensez-vous transporter 6 milliards d’êtres humains sur des vaisseaux spatiaux pendant plusieurs années-lumière alors que cela nous demande l’énergie de toute une nation juste pour amener quelques hommes en orbite! Non, je vous le dis, il est très grand temps de nous prendre en main ou nous allons faire face à notre propre autodestruction par asphyxie polluante.

39

INT. VUE SUR L’AUDITOIRE DU GRAND SALON.

AUDITOIRE

HOUUUUUUUU! GROS PLAN SUR STEVEN SUZUKI.

STEVEN SUZUKI

En fait, selon mes calculs, si nous continuons à brûler du combustible fossile, à couper la forêt, à consommer toutes les ressources alimentaires, à polluer de la sorte en plus d’augmenter notre population, je pense qu’en l’an 2100, l’air, l’eau et la nourriture n’auront plus les qualités nécessaires pour soutenir la vie humaine.

AUDITOIRE

HOUUUUUUUU! GROS PLAN SUR RICHARD.

Richard est visiblement affecté par ce discours. Il lève la main et pose une question.

RICHARD

Mais que pouvons-nous faire?

STEVEN SUZUKI

Il y a plusieurs choses que nous pouvons faire. Il faut d’abord penser mondialement, c’est-à-dire considérer l’ensemble de la planète dans chacune de nos actions et ensuite agir localement, poser de petits gestes qui, s’ils sont faits par chacun de nous, auront un impact positif considérable sur le globe terrestre. En fait, la grande majorité de nos problèmes proviennent de la surutilisation des combustibles fossiles qui augmentent la quantité de CO2 dans l’atmosphère et contribuent ainsi au réchauffement planétaire.

40

RICHARD

Oui, mais n’existe-t-il pas des sources d’énergie alternative au pétrole?

STEVEN SUZUKI

Pour l’instant non. Je veux dire oui, par exemple l’énergie éolienne. Grâce aux récents développements en aérodynamique, les éoliennes sont maintenant très compétitives et même plus rentables que les sources d’énergie traditionnelles. Par contre, ce potentiel ne représente qu’une fraction minime de ce qui est nécessaire pour subvenir à notre mode de vie nord-américain.

RICHARD

Et l’énergie solaire alors? Puisque le Soleil est la source de toute l’énergie utilisée par tout ce qui vit sur Terre, ne serait-ce pas la solution?

STEVEN SUZUKI

Oui, effectivement, c’est la solution ultime, mais les équipements actuels ne transforment que 13% de l’énergie solaire en électricité, et cela, à un prix beaucoup trop élevé, soit trois fois plus que le prix de l’énergie fossile, qui est de 35$ le baril. Donc, l’énergie solaire serait à 100 $ le baril, si vous voulez.

RICHARD

OK, alors est-il possible d’améliorer le rendement des panneaux solaires, de les rendre plus performants et moins chers?

STEVEN SUZUKI

Eh bien non! Pour l’instant, les recherches semblent plafonner. Même si nous investissions des milliards dedollars, le prix ne descendrait pas suffisamment pourconcurrencer l’essence. Il nous faudrait une idée de génie.

41

GROS PLAN SUR RICHARD.

Richard est consterné. Il regarde vers le plafond et semble rêveur. Marie-Flore l’observe, l’air un peu sérieux, et se caresse la joue en réfléchissant. La soirée se termine avec différents tableaux et graphiques qui démontrent l’urgence grandissante de la situation.

COUPÉ.

*** OUVERTURE EN FONDU

INT. LABORATOIRE DE RICHARD.

Richard est affairé à son invention. Il semble un peu perplexe, mais content de bricoler sur son dada. Marie-Flore entre.

MARIE-FLORE

Hey, mon beau! Comment vas-tu?

RICHARD

Ça va, ça va.

MARIE-FLORE

Richard, pourquoi tu ne travaillerais pas sur des panneaux solaires plutôt que sur ton vélo-hydroptère? Ça serait plus utile pour la société!

Richard est contrarié.

RICHARD

Pourquoi tu me dis ça? Tu sais que j’ai inventé cette embarcation pour remplacer les motomarines. Ce n’estpas suffisant comme contribution à la société?

MARIE-FLORE

Oui, c’est vrai. C’est tellement polluant sur les cours
42

d’eau, ces trucs-là, mais là, tu travailles pour ton propre plaisir, car il n’y a personne qui va acheter ta nouvelle création. Si on tombe au milieu du lac, on ne peut même pas remonter dessus!

Richard commence à être vexé.

RICHARD

Pas grave, pas grave…

MARIE-FLORE

Oui, mais ne penses-tu pas que tu contournes le problème? Tu pourrais t’attaquer directement à la source de la pollution en inventant des super panneaux solaires.

RICHARD

Hey, je ne suis pas un chimiste, moi, je suis un architecte avec des idées, mais pas un spécialiste en cellules photovoltaïques.

MARIE-FLORE

Et alors, tu as inventé le vélo nautique et tu n’es pas un ingénieur!

RICHARD

OK, OK, toi, quand tu as quelque chose dans la tête… Écoute, Marie-Flore. En fait, tu sais, j’ai déjà pensé à ça, mais j’ai peur de m’engager, car on dit que le marché de l’énergie est contrôlé par les magnats du pétrole qui ne reculent devant rien pour conserver leur monopole.

MARIE-FLORE

Et alors, tu es un grand garçon, tu peux engager un avocat.

RICHARD

Tu ne comprends pas, Marie-Flore. Ces gens-là sont des criminels, ils vont même jusqu’à tuer pour faire de l’argent.

43

MARIE-FLORE

Peureux, peureux!

RICHARD

Laisse-moi, j’ai du travail.

Marie-Flore sort et retourne à la maison. Richard continue son travail en se disant que ce n’est peut-être pas pour sa génération, cette histoire-là.

INT. MAISON DE RICHARD, SALON.

Richard écoute la télévision, en compagnie de sa mère et de sa sœur.

PRÉSENTATEUR DE NOUVELLES

Nous apprenons à l’instant que la température à Toronto est maintenant rendue à 40 degrés Celsius, un record pour cette période de l’année. Il est recommandé de ne pas se rendre à Toronto pour l’instant, car le nuage de smog peut représenter un danger pour la santé.

MÈRE DE RICHARD

Wow! J’espère que ton grand-père va bien, il n’a pas de climatiseur. Je vais appeler pour savoir.

Madame Bellavance appelle, mais personne ne répond. Elle raccroche, l’air inquiet.

RICHARD

Ne t’en fais pas, Mom, grand-papa est fait costaud, pas de problème.

MÈRE DE RICHARD

Oui, c’est vrai, c’est un homme solide, mais je suis tout de même inquiète.

Richard se lève et retourne dans son laboratoire.

44

INT. LABORATOIRE DE RICHARD.

Richard est assis et travaille à l’ordinateur. Il s’amuse à faire descendre et remonter l’observatoire sous-marin. Marie-Flore entre et s’assoit près de lui.

MARIE-FLORE

Ne t’en fais pas, je suis sûre que ton grand-papa est en bonne santé.

RICHARD

Oui, tu as sûrement raison.

Richard embrasse Marie-Flore sur la joue.

COUPÉ.

*** OUVERTURE EN FONDU.

INT. MAISON DE RICHARD

Richard est assis à nouveau et il regarde la télévision.

PRÉSENTATEUR DE NOUVELLES

Le nuage de smog se déplace maintenant en direction de Montréal. Une alerte est lancée à tous, si vous ne pouvez pas aller en campagne, il est recommandé de rester chez vous. Descendez au sous-sol ou remplissez le bain d’eau froide et évitez l’exercice physique.

Le téléphone sonne, madame Bellavance répond. Elle s’effondre en larme.

RICHARD

Moma, qu’est-ce qu’il y a?

45

MÈRE DE RICHARD

Ton grand-père est mort, on l’a trouvé mort, couché sur le sol, la main tendue vers le téléphone. Il n’a pas supporté le smog à cause de son début d’asthme.

Richard se prend la tête, envahi par l’émotion. Il se relève, prend la main de Marie-Flore.

COUPÉ.

*** OUVERTURE EN FONDU

EXT. MAISON DE RICHARD LE LENDEMAIN.

Richard est assis dans la cour arrière de la maison. Soudainement, Madame Bellavance arrive avec le téléphone à la main.

MÈRE DE RICHARD

C’est un Monsieur Suzuki pour toi, au téléphone.

Richard prend le téléphone.

RICHARD

Oui, bonjour.

STEVEN SUZUKI

Bonjour, Richard. Tu dois sûrement me reconnaître, je suis Steven Suzuki, le conférencier sur l’environnement.

RICHARD

Oui, oui, bien sûr Monsieur Suzuki, heureux de vous parler.

STEVEN SUZUKI

Richard, j’ai entendu parler de toi. On dit que tu as un talent créatif. Pouvons-nous prendre rendez-vous?

46

RICHARD

Est-ce que ça peut attendre? Mon grand-père vient juste de mourir.

STEVEN SUZUKI

En fait, pas vraiment. Je dois repartir pour Vancouver demain.

RICHARD

D’accord. À quel endroit et à quelle heure se rejoint-on?

STEVEN SUZUKI

Que penses-tu de maintenant à la terrasse Dufferin, en face du Château Frontenac. Je suis descendu au Château lui-même.

RICHARD

OK, j’y serai dans 15 minutes.

STEVEN SUZUKI

À tout à l’heure. FERMETURE EN FONDU

*** OUVERTURE EN FONDU

EXT. TERRASSE DUFFERIN, QUÉBEC.

Richard marche sur la Terrasse en direction du fleuve. Il arrive à la balustrade et se penche vers le cap. Hubert le suit et arrête près de lui.

STEVEN SUZUKI

Salut, Richard. Je suis désolé pour ton grand-père. Que lui est-il arrivé?

47

RICHARD

Il est mort asphyxié par le smog de Toronto.

STEVEN SUZUKI

Hum, je comprends. Le smog est de plus en plus persistant et dense, à cause de la pollution.

RICHARD

Mon grand-père est mort prématurément à cause de la pollution produite par les pays industrialisés, sans égard pour l’environnement de notre planète et la santé des humains.

STEVEN SUZUKI

Je n’osais pas le dire. Richard, je vais aller directement au but. Voudrais-tu travailler avec moi sur une nouvelle génération de panneaux solaires?

RICHARD

Mais, je ne suis pas chimiste… Justement, mon amie Marie-Flore me parlait de ça.

STEVEN SUZUKI

Je sais, c’est elle qui m’a demandé de te voir.

RICHARD

Oh, elle, quand elle a quelque chose dans la tête…

STEVEN SUZUKI

De toute façon, Richard, on m’a parlé de tes créations, la recherche dans ce domaine est bloquée, on manque d’idées nouvelles et il paraît que, de ce côté-là, tu es doué. Comme le vélo nautique, c’est intéressant. Écoute, Richard, notre organisation n’est pas riche, mais nous pouvons te fournir les détails des dernières expérimentations ainsi que des fonds pour ton travail.

48

RICHARD

Oui, d’accord, mais ça, c’est à condition que j’accepte!

STEVEN SUZUKI

Effectivement. Es-tu d’accord?

RICHARD

Non, je suis bien heureux en ce moment, à part ce qui concerne la mort de mon grand-père.

STEVEN SUZUKI

Justement, tu te rends bien compte que, sur une échelle de temps plus longue, ce sera à notre tour de mourir asphyxiés dans nos propres déchets. Imagine dans 50 ans, avec la croissance économique et démographique que nous connaissons, le smog peut devenir une chose permanente, et l’air va sentir les poubelles. Nous allons vivre dans un énorme dépotoir pétrolier. Il faut faire quelque chose. Aide-nous et aide-toi toi-même, ton propre futur est en jeu.

RICHARD

Laissez-moi réfléchir, je vous rappellerai.FERMETURE EN FONDU

*** OUVERTURE EN FONDU

INT. LABORATOIRE DE RICHARD.

Richard travaille toujours sur son invention, mais visiblement pas avec le même enthousiasme. Il lève la tête vers le ciel puis sort en se dirigeant vers la maison.

49

INT. MAISON DE RICHARD.

Richard prend le téléphone et fait un appel.

INT. CAMPUS DE L’UNIVERSITÉ DE LA COLOMBIE-BRITANNIQUE.

GROS PLAN SUR STEVEN SUZUKI.

Le téléphone sonne, Steven Suzuki répond.

STEVEN SUZUKI

Steven Suzuki. INT. MAISON DE RICHARD.

RICHARD

Monsieur Suzuki, c’est Richard à l’appareil. Vous savez, votre proposition, eh bien, je l’accepte.

FERMETURE EN FONDU
***

Richard accepte l’appelle de l’aventure.

INT. LABORATOIRE DE RICHARD.

OUVERTURE EN FONDU

Le laboratoire est métamorphosé : il y a un aquarium contenant une anguille électrique, un oscillateur, un gros microscope, des panneaux solaires, des pièces informatiques, de puissantes lampes halogènes qui font pousser des plantes. Richard est affairé à mesurer le courant électrique de l’anguille lorsque Marie-Flore entre.

MARIE-FLORE

Hey, mon bijou, bijou!

50

RICHARD

Qu’est ce qu’il y a, mon bébé?

MARIE-FLORE

J’ai une bonne idée pour toi!

RICHARD

Non, non pas ici, ma mère pourrait nous prendre. Attends au chalet.

Marie-Flore saute sur Richard et l’embrasse.

RICHARD

Regarde plutôt ça. Je me suis aperçu que cette anguille-là est capable de transformer le glucose en électricité, un peu comme la photosynthèse, mais par dégradation des glucides. Je me suis dit qu’on pourrait simuler le procédé avec une silicone. J’ai essayé, mais c’est comme si la nature avait un catalyseur naturel et que nous ne pouvions pas l’imiter. Si seulement il y avait une substance catalytique qui ne réagit pas avec la silicone…

MARIE-FLORE

Bah! C’est bien mon génie, je ne comprends rien, mais continue ton bon travail.

COUPÉ.

*** OUVERTURE EN FONDU

EXT. LES ESCOUMINS, QUÉBEC.

Richard est sur les rochers. Il plonge en apnée pour observer la nature. Il remonte sur les rochers pendant que des baleines passent au large. Richard s’assoit et ramasse des algues brunes.

51

RICHARD

Hey, Marie, regarde! Des algues brunes! Je vais en ramener, il paraît qu’on peut en faire un masque très bon pour la peau.

MARIE-FLORE

Hey Bijou! Pourquoi tu ne plongerais pas encore, je vais te regarder.

RICHARD

OK!

Richard plonge et Marie le regarde.

FERMETURE EN FONDU
***

52

page54image3828864

53

OUVERTURE EN FONDU

Richard est assis près d’un grand chef huron de la Côte-Nord. Son nom est Innouptiktouk. Il est le plus sage des Amérindiens de tout le Québec. Il partage avec Richard des morceaux de moktok, une sorte de gros sushi, morceau de la peau et du gras de baleine. Innouptiktouk est âgé de 77 ans, mais il a la vigueur d’un jeune homme. Sa grande sagesse et ses nombreuses recettes médicinales le maintiennent en bonne santé.

RICHARD

Grand chef, j’ai besoin de ta sagesse. Grand chef, comment puis-je faire pour découvrir la façon de transformer l’énergie du Soleil en électricité?

INNOUPTIKTOUK

Je ne connais pas la science de l’homme blanc, Richard, mais je sais beaucoup de choses que mes ancêtres m’ont apprises et que les ancêtres de mes ancêtres leur ont apprises.

RICHARD

Par exemple?

INNOUPTIKTOUK

Par exemple, je sais comme toi que c’est le Soleil qui est la source de la vie. Sans le Soleil, aucune plante, aucun animal ne pourrait vivre. Je sais aussi que vous, hommes blancs, êtes en train de perturber l’équilibre sacré de la vie. Je vais te raconter une fable de mon peuple qui tefera réfléchir et peut-être trouver une solution. C’étaitau tout début, lorsque notre mère la Terre était encore en furie. Les volcans crachaient le feu et les océans étaient déchaînés. La vie était aussi primitive que celle qui vit sous la terre aujourd’hui. Pourtant, tout était prêt pour la grande aventure.

54

RICHARD

Quelle aventure, Innouptiktouk, quelle aventure?

INNOUPTIKTOUK

La grande aventure, l’aventure de tout ce qui vit et qui est uni par une seule et unique force, la force du Mara.

RICHARD

Mara? Qu’est-ce que le Mara?

INNOUPTIKTOUK

Le Mara est la substance spirituelle que tout un chacun peut modeler pour réaliser ses rêves. Une partie de la force du Mara s’est matérialisée en un puissant éclair pour former l’Univers. La Terre a été formée par cette force qui s’est refroidie peu à peu. Puis, sous l’effet du Soleil, la vie est née. La première forme de vie fut celle qui transforme encore le jus des fruits en alcool pour enivrer l’homme. La deuxième forme de la vie est celle qui t’intéresse, c’est celle qui transforme la force du Soleil et construit les plantes et les arbres de la nature.

RICHARD

Oui, voilà, voilà, Innouptiktouk. La photosynthèse?

INNOUPTIKTOUK

Au début, la vie était comme notre sœur la méduse qui vivait en se nourrissant des éléments simples de la terre. Puis un de ces éléments simples dit à la méduse : « Méduse, je veux te proposer quelque chose. Je vaisme joindre à toi et je filtrerai les rayons du soleil pour teprotéger et, en échange, tu me laisseras vivre en harmonie avec toi. » Notre sœur la méduse se laissa prier un peu, mais accepta l’offre de cet élément simple. Après cetteassociation, l’élément simple prit en charge de filtrer lesrayons du soleil et commença à se construire grâce à cette énergie abondante. Eh bien, Richard, je pense que cette grâce est celle que tu cherches. Demande à notre sœur la

55

méduse son secret!

Richard est bouche bée. Il se lève, remercie Innouptiktouk et retourne vers la mer

FERMETURE EN FONDU
***

OUVERTURE EN FONDU

Richard est assis au bord de la mer. Il a tout près de lui un bocal transparent et une épuisette à poissons rouges. Il enfile son vêtement isothermique en regardant la mer. Il plonge et commence à nager. Avec des gestes simples, il capture des méduses vivantes et les place dans le bocal transparent. Richard remonte sur les rochers, il soulève le bocal à la hauteur de son visage, puis le lève au bout de ses bras en signe de grâce.

GROS PLAN SUR LE BOCAL.

Le soleil brille au travers du bocal dans lequel nagent les méduses.

FERMETURE EN FONDU
***

OUVERTURE EN FONDU

INT. LABORATOIRE DE RICHARD.

Richard prend les méduses et les place dans un aquarium. Il les regarde nager quelques instants. Richard prend une des méduses et la fixe délicatement sur un panneau de verre où est collé un gel de silicone. Il branche les fils des électrodes sur un oscillateur. Richard regarde l’écran de l’oscillateur, mais rien ne se manifeste. Il repart pour la maison. Le pot d’algues marines tombe dans l’aquarium lorsque Richard quitte le labo.

56

FERMETURE EN FONDU
***

OUVERTURE EN FONDU

INT. MAISON DE RICHARD.

Richard se réveille, il sort de son lit pour se rendre dans la salle de bain, où il se lave le visage et se barbouille avec la purée d’algues. Il prend son café et se dirige vers le laboratoire.

INT. LABORATOIRE DE RICHARD.

Richard entre dans le labo, son café à la main. Son attention est tout de suite attirée par la plaquette de silicone sur le banc d’essai; elle est complètement recouverte d’une gelée verdâtre. Richard allume l’oscilloscope, par curiosité. Quelle surprise! Les indicateurs montrent une activité photoélectrique intense!

RICHARD

Wow!

Richard s’active, il refait des tests, observe la plaquette au microscope, etc.

INT. MAISON DE RICHARD.

Richard est au téléphone avec Steven Suzuki.

RICHARD

Oui, Hubert, l’algue brune et la méduse sont en réaction, mais il semble manquer quelque chose. Ça vous dit quelque chose, la symbiose de la méduse et de l’algue brune? Un sage amérindien m’a parlé de cette association.

STEVEN

Oui, j’ai déjà entendu parler d’une méduse qui était en symbiose avec une algue, mais, attends, oui, mais,

57

cette méduse ne vit que dans la grande baie saline de l’Australie.

RICHARD

Wow! Comment m’en procurer?

STEVEN

Attends. J’ai un collègue à Sidney. Je vais voir s’il peut t’envoyer des spécimens par avion.

Richard regarde vers le ciel, le cœur comblé.

FERMETURE EN FONDU
***

Quelques séances intemporelles nous montrent Richard qui observe et étudie les méduses, il bricole des plaquettes informatiques et fait des essais.

COUPÉ.

***

Richard fait la découverte des supers panneaux solaires.

OUVERTURE EN FONDU

EXT. JOUR, MONT-TREMBLANT, DEUX ANNÉES PLUS TARD.

Richard est au Mont-Tremblant, où il a rendez-vous avec des investisseurs pour son projet de fabrication de super panneaux solaires. Richard est un très bon skieur et il a profité de cette belle journée pour aller faire du ski.

GROS PLAN SUR RICHARD.

Richard regarde le soleil, qui brille dans ses lunettes de ski. Il s’élance

58

sur la pente.

PLAN PANORAMIQUE DE LA VALLÉE.

Deux patrouilleurs sortent des bois. Richard ne s’en fait pas trop et skie agressivement. Les patrouilleurs le suivent.

EXT. PENTE DE SKI DE MONT-TREMBLANT.

Richard réalise soudainement qu’il est suivi. Une poursuite de style James Bond commence. Richard et les patrouilleurs descendent à toute vitesse et sautent par-dessus une crevasse.

Richard perd l’équilibre, mais se ressaisit soudainement pour sauter par-dessus la corde qui délimite les pistes. Un des vilains sort un revolver muni d’un silencieux et tire sur Richard. Il le rate et le second saute par-dessus la corde à son tour. Richard survole un rocher et tombe dans un champ de poudreuse. Les trois skieurs descendent en faisant du slalom. Un vilain coupe la ligne de pente. Une mini avalanche se déclenche. Un vilain double d’audace et tire sur Richard. Richard est touché à la jambe et tombe. Les deux bandits l’immobilisent et lui injectent une substance. Ils le tirent hors de la piste et le placent dans un brancard de sauvetage. Ils le descendent au bas des pistes et l’embarquent à bord d’une ambulance volée.

INT. DE L’AMBULANCE

Richard place sa main sur son torse. Il est en très mauvaise condition. Il prend sa médaille de Saint-François-d’Assise et tire dessus pour briser la chaîne. Son bras retombe et, en ouvrant la main, la médaille glisse sur le plancher.

SKIEUR MEMBRE DE LA SECTE D’ANTÉSIS

Sur son téléphone cellulaire. OK, Antésis, notre déesse, nous avons Richard. Il est blessé, mais bien en vie. Nous le ramenons au laboratoire.

59

ANTÉSIS

Bravo, les enfants! Amenez-le vite, son bain l’attend.

Antésis saisit un autre téléphone et appelle Adolphe Vodenburg, directeur de la compagnie Hellex Oïl.

ANTÉSIS

Adolphe, ta commande est remplie. Envoie-nous les dollars.

ADOLPH VODENBURG

Assis sur sa chaise de directeur de la compagnie Hellex Oïl. Est-il mort?

ANTÉSIS

Oui. Nous avons simulé un accident de ski et mes gars ont provoqué une avalanche pour effacer toutes traces.

ADOLF VODENBURG

Excellent travail, Madame, nous ferons sûrement affaire avec vous une autre fois. Vous recevrez l’argent par voie électronique.

FERMETURE EN FONDU
***

Richard est kidnappé par Antésis.

OUVERTURE EN FONDU

INT. LABORATOIRE D’ANTÉSIS.

Richard est traîné par une corde et amené au pied d’Antésis, grande prêtresse, chef des plongeurs rebelles. Elle est assise sur un trône au centre d’une pièce secrète de style James Bond.

ANTÉSIS

Alors, mon joli, tu as fait un beau voyage? Tu vas voir, on
60

va très bien s’occuper de toi! Ha! Ha! Ha! Emmenez-le dans le labo, on va lui faire prendre un bon bain.

Richard, à moitié endormi par la drogue, la regarde vaguement.

INT. CORRIDOR.

Sheila, belle femme musclée, baisse la tête et, d’un air obéissant, attrape la corde de Richard et le traîne vers la sortie. Elle l’emmène dans une salle expérimentale ou l’on peut voir un grand tuyau d’acrylique transparent. Elle place Richard sur une table d’opération, le détache et lui menotte la main. Par la suite, elle lui enfile un vêtement spécial du genre combinaison isothermique sur lequel sont placées plusieurs électrodes. Antésis arrive, prend une seringue hypodermique et l’enfonce dans une bouteille contenant un liquide bourgogne.

ANTÉSIS

Tu es bien chanceux, mon joli. Le contrat stipulait ta mort, mais pourquoi tout de suite? Je vais te faire goûter à des sensations que tu n’as jamais éprouvées auparavant et dont tu n’as même pas soupçonné l’existence.

Richard se réveille, mais est visiblement très amoché. Antésis le saisit par les cheveux et lui enfonce l’aiguille dans le cou. Elle injecte la substance dans son artère jugulaire.

ANTÉSIS

HA! HA! HA! HA!

Richard s’évanouit. Sheila prend Richard sur son épaule et monte le petit escalier qui mène au tube. Elle assoit Richard, les pieds dans dans l’eau, lui installe un respirateur dans la bouche et le jette dans le tube. Richard tombe au fond du tube transparent et remonte lentement, inerte, jusqu’à la moitié du cylindre. Il semble respirer, car des bulles sortent de son respirateur.

COUPÉ.

***

61

Richard est drogué et plongé dans un réservoir transparent.

OUVERTURE EN FONDU

EXT. AÉROPORT DE MONTRÉAL.

L’avion conduit par le commandant Philippe Richelieu approche de la piste de décollage. Les Québécois partent pour les vacances d’hiver. La permission de décoller est accordée et l’avion accélère. Il s’élève sur une courte distance.

INT. AVION.

Quelques minutes plus tard, et une fois l’altitude recommandée de 1525 mètres ayant été atteinte, les agents de bord se préparent. Les autres passagers sont libres de marcher, ils peuvent prendre un verre ou regarder le paysage par les fenêtres de plastique. Les membres d’un groupe rock, accompagnés d’une danseuse à claquettes, s’agitent, excités par l’idée de prendre des vacances. La danseuse bouge au rythme de la musique que le band a entamée spontanément.

Le spectacle commence avec une musique rock très dynamique. Les gens applaudissent; ils partent en vacances. Sophie Hoover, chanteuse et danseuse électrotechnique, est accompagnée par son groupe, qui joue entre les sièges de l’avion. C’est l’euphorie. Les gens applaudissent et rient, c’est la fête.

INT. CABINE DE PILOTAGE.

Après le spectacle improvisé, Sophie va rejoindre son cousin, le commandant Philippe Richelieu, dans la cabine de pilotage. Soudainement, un bip se fait entendre, c’est un appel important du service secret des Nations Unies.

SECRÉTAIRE DES NATIONS UNIES

Commandant Richelieu, j’ai une communication de la part du chef des Nations Unies. Pouvez-vous répondre?

62

PHILIPPE

J’ai de la compagnie, Sophie Hoover est avec moi. Est-ce un secret?

INT. SIÈGE DES NATIONS UNIES.

On voit le chef du service secret des Nations Unies, Charles Sourdeau.

CHARLES SOURDEAU

Sur un ton très sérieux.

Oui, ça va, votre cousine est sur nos listes. Commandant Richelieu, nous avons de très gros problèmes.

PHILIPPE

Qu’y a-t-il, Monsieur, que se passe-t-il?

CHARLES

Nous avons reçu de mauvaises nouvelles pour le monde. Richard, le jeune architecte de la ville de Québec, inventeur des super panneaux solaires, a été kidnappé. Nous soupçonnons une organisation criminelle de grande importance. Nous devons le retrouver, il est le seul àconnaître les spécifications pour construire les panneauxsolaires. Si nous ne le retrouvons pas, le monde ne se sortira jamais d’un chaos complet. Êtes-vous disponible pour une mission?

PHILIPPE

Je suis désolé, Monsieur, mais j’ai déjà pris ma retraite du service secret. Vous devrez trouver quelqu’un d’autre que moi. Je ne veux plus m’engager dans de nouvelles missions.

Le commandant Richelieu accroche les commandes de direction et l’avion géant fait une fausse manœuvre. Fin de la communication.

SOPHIE

Qu’y a-t-il, Philippe? Ne peux-tu pas te contrôler? Tu sais
63

bien que tu es le plus expérimenté des agents des Nations Unies pour des missions de ce genre. Ils ont besoin de toi.

PHILIPPE

Et alors? J’ai démissionné!

SOPHIE

Quoi? Quoi? Si nous ne faisons rien, le monde va tomber dans le négatif pour toujours.

Le commandant Richelieu regarde Sophie d’un air ébahi. Sophie retourne à son siège.

INT. CORRIDOR DE L’AVION.

Sophie marche dans l’allée en direction de son siège.

SIÈGE DE SOPHIE.

Sophie prend le téléphone du siège et appelle sa mère, qui répond.

EXT. BORD DE MER, FLORIDE.

La mère de Sophie est déjà en Floride. La mère de Sophie a un degré très avancé de spiritualité. Elle a beaucoup étudié les religions extrêmes. La mère de Sophie est assise sur une plage déserte en position de méditation de yoga, les genoux pliés.

MÈRE DE SOPHIE

Allô ma chère! Comment vas-tu?

SOPHIE

Bien, mais un peu stressée.

MÈRE DE SOPHIE

Pas nécessaire de me le dire, Sophie, je sais. Je l’ai senti dans le mara.

64

SOPHIE

Que veux-tu dire par mara?

MÈRE DE SOPHIE

Tu sais, Sophie, je te l’ai expliqué tellement de fois. Le mara est une force universelle collective dans laquelle se matérialisent tous les êtres vivants. Cette force est le substrat de l’Univers. Elle compose 75% de la masse de l’Univers. Mais je sens une instabilité ces temps-ci.J’ai une vision du futur, le futur peut être modifié, je voisdes gens souffrir. Ils errent sans but dans une atmosphère polluée.

MONDE NÉGATIF, 2100.

On peut voir des gens dans un environnement désertique, le monde négatif de 2100. Ils souffrent et ont de la difficulté à respirer. On voit Hélène et Robert, habillés de lambeaux, se tenir la main

SOPHIE

Mais, maman, je ne t’ai pourtant rien dit!

MÈRE DE SOPHIE

Aucune explication n’est nécessaire; suis tes émotions. Le mara est avec toi. Va et fais ce qui doit être fait. N’hésite pas et reviens-moi si tu en sens le besoin.

SOPHIE

Mère, je suis en plein dilemme et tu me parles du mara.

MÈRE DE SOPHIE

Oui, mon enfant, le mara est la vérité pure. Je t’ai élevé en suivant les règles anciennes du mara. Voilà d’où vient ton pouvoir. Le mara exprime une importante distorsion qui grandit de jour en jour. Cette distorsion doit être arrêtée, car l’espace et le temps sont en déséquilibre. N’hésite pas, Sophie, les étoiles sont claires.

65

SOPHIE

Je crois comprendre, mère! OK. Merci, mère, je communiquerai avec toi bientôt.

Fin de la communication.

COUPÉ.

*** OUVERTURE EN FONDU

INT.AVION.

Sophie prend un café. Elle regarde à travers la fenêtre de plastique tout en rêvant. Elle peut observer les plages magnifiques de la Floride qui défilent. Elle se prend la tête et pense.

SOPHIE

J’espère que Philippe va changer d’idée. COUPÉ.

*** OUVERTURE EN FONDU

INT. CABINE DE PILOTAGE.

Philippe tape du pied, exprimant son stress, le regard dans le vide.

EXT. VU DE L’AVION QUI S’ENVOLE.

L’avion vole lentement et s’approche de la Floride. L’atterrissage est très fluide et le gigantesque appareil se pose comme une libellule.

INT. CABINE DE PILOTAGE.

66

On peut voir le visage du commandant qui pense à la situation.

EXT. VU DE L’AVION.

L’avion s’arrête. Sophie s’approche pour rejoindre Philippe.

SOPHIE

Philippe, je crois vraiment que tu devrais accepter cette mission. Je suis avec toi, tu peux compter sur mon dévouement.

PHILIPPE

Écoute, Sophie, je vis sur du temps emprunté. J’ai pris tellement de risques dans ma vie que, mathématiquement, je devrais être mort. Pourquoi devrais-je accepter cette mission? Je suis heureux, ici, à piloter cet engin.

SOPHIE

Parce que, mon cher, le monde doit continuer!

PHILIPPE

OK, tu vas me dire encore une fois que je suis le dernier espoir de l’humanité?

SOPHIE

Précisément, et ce n’est pas un canular!

PHILIPPE

As-tu parlé à ta mère?

SOPHIE

Oui.

PHILIPPE

Alors, c’est quoi la vision maintenant?

67

SOPHIE

Je ne comprends pas trop encore, mais je sais que toutes les molécules de l’univers sont excitées.

PHILIPPE

Ok, Sophie, reviens dans un instant, j’ai des trucs devérification à faire.

Sophie revient quelques instants plus tard.

INT. CABINE DE PILOTAGE.

Philippe fait un signe affirmatif de la tête et Sophie lui tapote l’épaule. Les yeux de Philippe démontrent de la détermination. Philippe appelle le bureau des services secrets des Nations Unies.

INT. BUREAU CENTRAL DES NATIONS UNIES.

SECRÉTAIRE

Bureau du président! INT. CABINE DE PILOTAGE, AVION GÉANT.

PHILIPPE

Puis-je parler à Charles Sourdeau?

SECRÉTAIRE

Il n’est pas ici en ce moment, mais je vais vous transférer sur son portable.

Charles est en train de parler avec un collaborateur dans un parc d’éoliennes géantes.

EXT. PARC ÉOLIEN.

CHARLES

Regardez ça, nous pensions que l’énergie disponible ne satisferait jamais le monde industriel. Ces géants

68

n’occupent qu’un mètre carré de sol, ils tournent si lentement qu’ils ne produisent aucun bruit et, pourtant, ils ont toute l’énergie dont a besoin la ville.

COLLABORATEUR

Pouvez-vous croire que les gens s’étouffent encore avec le pétrole? Il n’en aura même plus dans 50 ans.

CHARLES

Merci, mon Dieu! Nous pouvons vivre dans ce monde propre et silencieux, nous réussirons à nous débarrasser de tous ces moteurs qui brûlent notre oxygène et polluent l’atmosphère.

Soudainement, le communicateur de Charles émet un bip.

CHARLES

Ici Charles Sourdeau. Oui! Oui, Philippe. INT. CABINE DE PILOTAGE, AVION GÉANT.

PHILIPPE

Charles, nous acceptons la mission à condition que ce soit la dernière fois, comme la dernière fois, bien sûr!

Philippe accepte la mission de sauvetage.

EXT. PARC D’ÉOLIENNE.

CHARLES

Bien, je savais que je pouvais compter sur vous encore une fois. Certaines informations nous suggèrent d’aller à Mont-Tremblant comme point de départ. C’est là où Richard a été vu pour la dernière fois. Revenez à Montréal au centre des Nations Unies et on vous guidera vers votre mission. Nous vous remercions sincèrement, Philippe, je ne sais pas ce que nous aurions pu faire sans vous!

69

PHILIPPE

Ai-je le temps de me changer?

CHARLES

Non, vous devez revenir tout de suite.

PHILIPPE

Merde, j’ai horreur d’être bousculé. EXT. VU DE L’AVION GÉANT EN VOL.

Après que les passagers furent descendus, l’avion du commandant Richelieu se prépare au décollage. Les moteurs provoquent une poussée et l’énorme appareil tourne et avance vers la piste de décollage. Il prend de la vitesse et décolle très rapidement. Il effectue un petit virage au-dessus de La Havane et prend la direction de Montréal.

FERMETURE EN FONDU
***

Richard se réveille et discute avec Antésis

OUVERTURE EN FONDU
INT. LABORATOIRE D’ANTÉSIS. GROS PLAN SUR UN ORDINATEUR.

L’écran d’ordinateur est séparé en plusieurs cadrans qui indiquent les différents paramètres vitaux de Richard. Soudainement, les cadrans commencent à s’activer de plus en plus. On voit Richard qui commence à bouger dans la cuve. Une sonnerie électronique se fait entendre.

WIIIIIIP, WIIIIIIIP

70

Sheila se retourne et regarde en direction de la cuve. Elle prend son téléphone portable et fait un appel.

SHEILA

Antésis, ma toute divine, Richard se réveille.

ANTÉSIS

Ha bon, hum, secoue-le un peu et amène-le ici. Je veux discuter avec lui.

SHEILA

Oui, ma toute belle, je te l’amène.

ANTÉSIS

Ha, elle m’énerve des fois celle-là!

page72image3819904

71

Sheila raccroche son téléphone et marche en direction du tube dans lequel Richard s’agite de plus en plus. Elle appuie sur un bouton et un câble remonte Richard hors de l’eau. Elle prend celui-ci par la taille et le tire hors du tube pour le relâcher sur le plancher. Richard se redresse tranquillement et enlève son masque.

RICHARD

Ouache, quelle merde, cette drogue! La seule sensation que j’ai eue, c’est un énorme mal de tête.

SHEILA.
Bon, allez, debout! Antésis veut te voir. Ne bouge plus sinon je te replonge dans le tube la tête en bas et pas de respirateur.

RICHARD

Ça va, ça va.

Sheila lui enlève les électrodes et le déshabille d’un seul coup. Elle prend un survêtement de sport et le lui jette.

SHEILA

Enfile ça.

Richard enfile le survêtement de sport et Sheila le pousse avec son harpon. Il avance lentement vers la sortie. Ils marchent dans les corridors en direction du tunnel qui relie le laboratoire au bureau d’Antésis.

RICHARD

De quoi elle veut me causer, ton amie? Tu crois que je lui suis tombé dans l’œil ou quoi?

SHEILA

Sûrement pas.

Sheila pousse Richard. Ils arrivent à un petit escalier qui descend à un étage inférieur du navire. Ils marchent pendant une minute dans

72

un petit couloir. Arrivés au bout du couloir, ils tournent à gauche où se révèle une énorme porte blindée.

INT. BUREAU D’ANTÉSIS.

SHEILA

Voilà, prêtresse, voici Richard comme tu m’as demandé.

ANTÉSIS

Très bien, Sheila.

Sheila baisse la tête et se retourne.

ANTÉSIS

Assieds-toi là, je veux te parler.

RICHARD

De quoi, au juste? Et, de toute façon, qu’est-ce que je fais ici?

ANTÉSIS

Tu fais ce que je veux, tu es censé être mort.

RICHARD

Mort de quoi?

ANTÉSIS

Assassiné par moi.

RICHARD

Ah bon!

ANTÉSIS

J’ai reçu une commande de Monsieur Adolphe Voudenberg pour t’éliminer. Tu as compris pourquoi, j’espère!

RICHARD

Bien non! Pourquoi?

73

ANTÉSIS

Ton invention, mon joli, les panneaux solaires. Tu ne t’en es peut-être pas rendu compte, mais tu allais complètement changer les règles du jeu. Si tu signais ce contrat pour construire une usine en Europe, les actions pétrolières perdaient la moitié de leur valeur et notre ami Voudenburg ne pouvait plus se payer ses maisons joujoux dans 17 pays.

RICHARD

Adolphe Voudenburg, c’est le chef de Hellex Oil! Ha! J’ai mal à la jambe!

Richard se penche pour toucher sa jambe blessée. Il remonte la tête et pose son regard sur le visage d’Antésis. Elle est belle malgré l’énorme cicatrice que porte son visage. Richard la regarde dans les yeux. Soudainement, il se sent enivré, comme séduit, son cœur palpite. Richard se secoue la tête.

RICHARD

Je me doutais qu’il m’arriverait un truc du genre. J’avais entendu parler que ceux qui s’attaquaient à ce problème avaient des surprises qui les attendaient. Alors, mon problème, c’est toi?

ANTÉSIS

Précisément!

RICHARD

Je peux savoir pourquoi je ne suis pas mort.

ANTÉSIS

J’ai un urgent besoin d’animaux de laboratoire. Tu vois,ici, nous sommes de méchants garçons et filles qui ferontde l’argent en exploitant les jeunes gens avec de la drogue. Et tu sauras que la jeunesse est de plus en plus exigeante. La marie, la coke et même l’extasie ne sont plus à la mode. Alors nous, nous sommes en train de créer

74

une nouvelle substance hallucinogène à base d’étoiles de mer venimeuses et tu en es le cobaye.

RICHARD

J’ai de petites nouvelles pour toi, ma chérie. Ton truc est horrible; question sensations, j’aime mieux boire du savon à plancher.

Antésis est vraiment vexée.

ANTÉSIS

Bon, bon, ça va, on va y arriver, ça va. Je ne peux pas croire que les Amérindiens faisaient la fête en bouffant ces étoiles de mer de merde! Je ne peux pas croire qu’on ne va pas y arriver, ce foutu laboratoire a coûté 20 millions de dollars, merde!

Antésis se met à pleurer et retrouve son âme d’enfant.

RICHARD

Qu’est-ce qu’il y a, ma petite? Tu es toute triste. Explique- moi pourquoi tu es si méchante. Tu as manqué d’amour quand tu étais petite, hein?

Dans un moment surréaliste, Richard éprouve de l’empathie pour Antésis. Elle s’effondre en sanglots.

ANTÉSIS

Hummmhaaaaaouuuu! Personne ne m’aime! Wouuuaaa! Ma mère est morte quand je n’avais que 5 ans et mon père était alcoolique. Wouuuuuaaa! Il me battait et mon oncle m’a presque violée. Wouaaaaaaa! Snif! Ils m’ont foutue à la porte quand j’avais 13 ans et j’étais trop jeune pour travailler, alors la seule chose que je pouvais faire c’était de vendre de la drogue pour faire de l’argent. WOUAAAAA! SNIFFFF!

75

RICHARD

Et alors, ce n’est pas une raison! Tu pouvais t’adresser au travailleur social, il t’aurait aidé. Allez, quoi?

ANTÉSIS

Quel travailleur social? Il te bourre de paperasse et je ne sais même pas écrire. C’est assez! Sheila, ramasse cette loque! Tu le replonges dans sa casserole, mais là, on va changer la recette, on double la dose.

Sheila secoue la tête pour acquiescer.

RICHARD

Ho, non! Pas cette merde et la double ration! Quel mal de tête en perspective…

ANTÉSIS

C’est assez! Sheila, allez!

Sheila ramasse Richard par le col et le traîne dans le corridor.

COUPÉ.

*** OUVERTURE EN FONDU

INT. LABORATOIRE D’ANTÉSIS.

Richard est assis sur le bord du tube, les mains attachées dans le dos. Il s’agite, mais Sheila le pousse dans l’eau.

COUPÉ.

*** OUVERTURE EN FONDU

EXT. AÉROPORT DE DORVAL.

76

L’avion approche lentement. Sophie et Philippe débarquent et marchent sur la piste. Un petit véhicule électrique les attend. Ils embarquent dans le véhicule et aussitôt se dévoile le visage de Charles sur l’écran vidéo.

CHARLES

Salut, les copains. Détendez-vous, le taxi va vous emmener directement à nos bureaux.

Le petit véhicule électrique de Bombardier démarre et son pilote conduit vers la route.

PHILIPPE

Et que vont-ils faire avec nous à cet endroit?

CHARLES

Ils vont vous entraîner et vous donner le matériel spécial dont vous avez besoin pour votre mission.

FERMETURE EN FONDU
***

OUVERTURE EN FONDU

Quelques heures plus tard, après s’être déplacés sur le boulevard périphérique, ils arrivent au Stade olympique. Ce sont les bureaux des Nations Unies, centre de formation secret.

Ils marchent quelque peu en direction de la tour.

EXT. STADE OLYMPIQUE

Les membres de la direction les accueillent, ils se serrent la main et entrent à l’intérieur du stade.

Le centre d’entraînement utilise plusieurs équipements sportifs. Ces édifices servaient auparavant de bureaux, mais ont été transformés

77

pour former le centre de recherche des Nations Unies. Dans la base de béton qui les relie, il y a une fosse pour plongée profonde ainsi que différentes salles d’exercice, comme une salle de tir, un gymnase, une salle d’entraînements spéciaux. D’autres salles sont remplies d’équipements de détection et d’autres gadgets électroniques.

EXT. VUE D’UNE FENÊTRE DU STADE.

Un point de vue aérien montre les doigts d’une jolie blonde qui ouvre partiellement le rideau pour regarder à l’extérieur. Son nom est Viviane Lonzettie. Elle aperçoit Philippe et est aussitôt éprise d’un profond désir de rencontrer cet homme grand et élégant.

INT. STADE.

Viviane marche dans le corridor et prend l’ascenseur pour se rendre au rez-de-chaussée. Elle se cache derrière ses lunettes pour observer le beau Philippe qui approche. Elle lui touche l’épaule en passant, il se retourne et lui échange un regard intéressé. Viviane enlève ses lunettes et se tourne la tête en le regardant comme un mannequin de mode dans une annonce commerciale. Une étincelle jaillie de leurs regards.

DIRECTEUR DU CENTRE

En toussotant.

Bienvenue, commandant Richelieu. Venez avec moi…

Ils marchent tous les deux vers l’intérieur de la tour.

DIRECTEUR DU CENTRE

J’espère que vous avez fait un bon voyage! Nous sommes presque prêts pour vous envoyer en mission, mais, pour le moment, vous devrez suivre un entraînement spécialement conçu pour cette opération. Vous avez ici votre horaire pour les prochains jours et vous serez supervisés par les deux moniteurs que vous voyez là.

Deux gars de style professeur d’éducation physique attendent tout près.

78

DIRECTEUR DU CENTRE

Venez avec moi, nous allons vers la chambre des équipements spéciaux.

Ils entrent dans l’ascenseur et descendent deux étages pour retourner dans le corridor.

DIRECTEUR DU CENTRE

Philippe, Sophie, je vous présente Jean Normand, il est le responsable des équipements spéciaux.

JEAN NORMAND

D’accord, commençons par ici. Là, vous avez un système de respiration biomécanique qui vous permet de rester sous l’eau pendant plusieurs heures, mais, pour cette mission, nous vous fournissons cette version miniature, qui peut vous permettre de respirer pendant une heure sans interruption. Vous avez aussi à votre gauche un système antiradar très performant. Il vous permettra de presque disparaître complètement de la vue de vos poursuivants. Vous avez aussi ces systèmes de patins à neige amovibles sur vos chaussures, cela sera fort utile pour le déplacement en montagne.

DIRECTEUR DU CENTRE

Voilà, vous avez vos équipements. Il faut faire un entraînement physiquement maintenant.

EXT. STADE OLYMPIQUE.

L’entraînement commence. Ils courent, sautent, tirent au pistolet et font des combats sous-marins dans la fosse de 15 mètres en respirant à l’aide du système biomécanique qui retire l’oxygène de l’eau comme les branchies des poissons.

INT. STADE OLYMPIQUE.

79

DIRECTEUR DU CENTRE

Eh bien. Philippe, Sophie et vous êtes vraiment excellents. Êtes-vous prêts?

PHILIPPE

Oui, Monsieur, prêts pour l’action.

SOPHIE

Moi aussi!

DIRECTEUR DU CENTRE

Bon, maintenant, vous allez vous rendre à Mont- Tremblant. Venez ici, que je vous montre l’endroit où on a perdu la trace de Richard.

COUPÉ.

*** OUVERTURE EN FONDU

INT. LABORATOIRE D’ANTÉSIS.

Antésis est assise sur son trône, enivrée de son pouvoir. Soudainement, son communicateur sonne.

DWIIIIT, DWIIT.
INT. BUREAU D’ADOLPH VOUDENBERG.

ADOLPH VOUDENBERG

Antésis, mon amie, comment vont vos affaires?

ANTÉSIS

Bien, pourquoi?

ADOLPH VOUDENBERG

Juste pour m’en assurer. Pourriez-vous envoyer vos gens
80

détruire les installations de notre ami l’inventeur? Je ne voudrais pas que quelqu’un s’empare de sa découverte etvienne compromettre mes profits encore une fois.

ANTÉSIS

Ça va coûter plus cher!

ADOLPH VOUDENBERG

Combien?

ANTÉSIS

Un truc comme quatre millions de dollars, américains, bien sûr.

ADOLPH VOUDENBERG

Trois, payé demain par FedEx en argent comptant, pas plus.

ANTÉSIS

J’ai dit quatre! C’est mon dernier prix! Je sais que ça vaut plus pour toi, chéri!

ADOLPH VOUDENBERG

Oui, mais je sais que tu as besoin d’argent pour ta saloperie de drogue! Alors, marché conclu?

ANTÉSIS

Marché conclu, Monsieur le Directeur d’entreprise!

Antésis raccroche le téléphone.

ANTÉSIS

Ha, ce que le monde peut être corrompu! Et ces directeurs d’entreprise, C.E.O., qu’ils se nomment, tous des salops, prêts à n’importe quelles bassesses pour augmenter leur capital. Capitalisme ou dictature, c’est du pareil au même.

Antésis se lève.

81

ANTÉSIS

Sheila, viens ici. J’ai une mission pour nos hommes. COUPÉ.

***

INT. LABORATOIRE DE RICHARD.

La bande de voyous sportifs, portant un col roulé bleu marin, entre en trombe dans la pièce et commence à jeter tout par terre. Les voyous répandent de l’essence sur le sol et allument le tout. Le laboratoire de Richard brûle dans la nuit. Le lendemain, madame Bellavance regarde les dégâts. Elle est complètement désabusée et fond en pleurs.

COUPÉ.

page83image3862240

OUVERTURE EN FONDU.

***

82

OUVERTURE EN FONDU EXT. VUE EN PLEIN CIEL.

La voiture de Philippe et Sophie arrive à Mont-Tremblant

PHILIPPE

Bon voilà, nous y sommes. C’est ici qu’on a perdu la trace de Richard.

SOPHIE

Et alors, quel est le programme?

PHILIPPE

Simple, on skie et on pose des questions. INT. PRÈS DE LA PORTE D’EMBARQUEMENT.

Ils enfilent leurs patins à neige et sautent en bas de la porte d’embarquement des marchandises. Ils patinent pendant quelques instants pour arriver au remonte-pente.

PHILIPPE

Pas mal, ces patins à neige. Très légers. Tu as vu, ils sont même munis d’un système pour bloquer les talons. Si je veux faire du ski de fond, je débloque le talon et si je veuxfaire du ski alpin, je fixe le talon avec le système d’attacherapide et j’obtiens toute la stabilité voulue.

SOPHIE

Oui, oui, je comprends, c’est super cool, on peut faire les deux sports en même temps et, en plus, on peut marcher dans la neige comme avec des bottines d’hiver.

Ils recommencent à patiner et à skier pendant plusieurs moments.

EXT. VUES MULTIPLES EN PATINS À NEIGE.

Une demi-heure plus tard, ils arrivent sur une corniche d’où on peut

83

voir la station de ski dans la vallée. Ils remarquent une maisonnette étrange et décident d’aller y jeter un coup d’œil.

EXT. VUE DE L’ÉDIFICE.

PHILIPPE

Allons voir à l’intérieur; j’ai une drôle d’intuition.

Ils enclenchent les skis et descendent.

EXT. VUES MULTIPLES EN SKI.

On peut voir les deux équipiers skier comme des professionnels.

EXT. SÉQUENCE EN TRAVELLING.

Après avoir skié pendant une dizaine de minutes, ils arrivent à l’endroit où la neige se termine. Ils détachent les bottillons de skis et marchent. Après quelques minutes, ils aperçoivent d’étranges vaches dans un pré. Les vaches sont marbrées rouge et blanc au lieu du traditionnel blanc et noir. Un vieil homme s’approche d’eux.

GROS PLAN SUR PHILIPPE.

PHILIPPE

Excusez-moi, Monsieur, mais savez-vous quelque chose à propos de l’accident de ski d’une personne appelée Richard?

GROS PLAN SUR LE FERMIER.

LE FERMIER

Oui, oui, c’est un Québécois, n’est-ce pas? J’ai entendu parler de lui. C’est curieux parce que personne ne sait par quel service de santé il a été ramassé et on aurait perdu sa trace.

84

PHILIPPE

Qu’est-ce que c’est, ce bâtiment, Monsieur?

LE FERMIER

Des scientifiques du gouvernement canadien sont venusici installer une petite ferme. Moi, je devais seulement garder les animaux. Des expériences génétiques, qu’ilsdisaient, sur les animaux. Ils faisaient des modificationspour augmenter la productivité animale. Mais, le projet a été abandonné il y a quelques années et ils sont repartis.

EXT. TRAVELLING VERS LE TROUPEAU DE VACHES.

Les vaches se comportent normalement, elles mangent de l’herbe fraîche. Mais, de toute évidence, leurs taches rouge et blanc choquent l’œil.

page86image3866272

85

LE FERMIER

Regardez ces beautés, elles sont ma fierté et, en plus, jefais de l’argent, car maintenant, elles fabriquent du sirop d’érable au lieu du lait et elles se vendent bien plus cher!

GROS PLAN SUR LES VACHES

On peut voir sur les vaches, des taches en forme de drapeaux canadiens!

GROS PLAN SUR SOPHIE ET PHILIPPE.

Ils sont horrifiés.
Sophie et Philippe reprennent leur calme après quelques instants.

PHILIPPE

OK pour ça, mais… Si je comprends bien… Je pense… Ont-ils fait d’autres expériences?

GROS PLAN SUR LE FERMIER

LE FERMIER

Non, pas à ma connaissance.

PHILIPPE

Où sont-ils, maintenant?

LE FERMIER

Je ne sais pas, le gouvernement les a ramenés, je crois.

PHILIPPE

À quel endroit plus précisément?

LE FERMIER

Aucune idée.

PHILIPPE

OK. Bon. Et ce Richard, vous en savez plus?

86

LE FERMIER

Bien, c’est le gars qui s’est blessé la semaine dernière comme nous le disions. Ils sont venus le chercher en ambulance. Je connais un gars qui les a aidés à le descendre.

PHILIPPE

Et qui est-il?

LE FERMIER

Son nom est Crazy Horse. Vous allez le reconnaître à ses cheveux longs et à ses jambes énormes, de vrais jambons.

PHILIPPE

Où habite-t-il?

LE FERMIER

Allez au village au bas de la montagne et demandez, je sais qu’il habite dans le village et qu’il est là, je l’ai vu aujourd’hui descendre la montagne quasiment en chute libre.

EXT. VUE DU CHAMP.

Sophie et Philippe remercient le fermier et descendent en marchant vers le village. Ils arrivent bientôt aux abords du village.

PHILIPPE

Qu’est-ce que tu penses de cette histoire de vache?

SOPHIE

Rien à voir avec Richard, du moins, j’espère. EXT. VUE DE LA VILLE.

Philippe et Sophie marchent sur la rue principale de Mont-Tremblant. Ils voient l’hôtel Tremblant et y entrent.

87

INT. VUE DE L’HÔTEL TREMBLANT.

Ils marchent vers la réception. Un préposé à la réception les regarde.

PHILIPPE

Excusez-moi, Monsieur, connaissez-vous une personne nommée Crazy Horse?

PRÉPOSÉ À LA RÉCEPTION

Bien sûr, Monsieur, Crazy, c’est le plus célèbre des Ski- bums de Tremblant. Vous devriez pouvoir le trouver au bar à cette heure.

Ils marchent de la réception au bar. Ils entrent dans le bar et peuvent voir beaucoup de skieurs qui parlent et boivent de la bière, du genre après-ski très animé. Philippe va voir le barman.

PHILIPPE

Connaissez-vous un gars qui s’appelle Crazy Horse?

BARMAN

Oui sûr, Monsieur, il est juste ici. Vous ne pouvez pas le manquer. Vous voyez, le gars juste ici, habillé un peu comme un Amérindien? C’est lui. Un des meilleurs skieurs de Tremblant dans son genre.

PHILIPPE

Merci.

Philippe, s’avance vers lui, s’assoit sur une chaise à l’envers en appuyant son torse sur le dossier comme un cow-boy et s’adresse à Crasy Horse.

PHILIPPE

Excusez-moi, Monsieur.

CRAZY HORSE

Eh! Qu’est-ce qui t’amène ici duuude?

88

PHILIPPE

Toi, mon ami. J’ai entendu parler que tu as participé au sauvetage de Richard. Peux-tu m’en parler?

CRAZY HORSE

Oh oui! Les plongeurs! Expériences très intéressantes. Savez-vous où sont rendus ces gars-là? J’ai justement besoin d’un peu de leur potion magique…

PHILIPPE

Non, pas vraiment, où sont-ils partis?

CRAZY HORSE

Je les ai aidés à embarquer le gars dans l’ambulance et ils m’ont donné du bonbon. Je pense qu’ils sont partis quelque part vers le sud. De drôles de dudes. Il mesemblait les avoirs déjà vus dans un film genre adrénaline.

PHILIPPE

OK, oui, je crois comprendre ce que tu veux dire. Mais, c’est tout? Tu ne sais pas plus précisément où ils sont?

CRAZY HORSE

Heuuu, peut-être pas vers le sud, peut-être ailleurs. La drogue, je crois, pas tellement bonne en fait. J’en ai fumé un bout.

PHILIPPE

OK, combien tu veux pour ton bout de truc?

CRAZY HORSE

1000 $, Faut que je mange, moi aussi!

PHILIPPE

Es-tu fou? C’est vraiment trop cher!

CRAZY HORSE

Hé, homme blanc! Sais-tu d’où vient mon nom,
89

Crazy Horse? Ce nom m’a été donné par mes parents amérindiens, en l’honneur du fameux chef Cherokee qui a quasiment battu les Anglais il y a 500 ans. Vraiment dommage qu’il n’ait pas réussi. Regardez le monde aujourd’hui, pollué d’un bout à l’autre. Ce que vous appelez progrès est inutile pour l’Amérindien. Nous n’avions que la liberté avant que l’homme possède la terre. Maintenant, chaque fois que tu fais un pas dans la nature, tu marches sur ton voisin. Alors, paie, homme blanc, car ce n’est qu’une fraction de la souffrance de notre mère la terre. Nous n’avons pas besoin de progrès, mais d’une vie simple pour en jouir simplement et, après cette vie, nous retournerons aux esprits. Vous, hommes blancs, n’êtes pas des humains. Vous voulez construire votre propre planète appelée ville et ne jamais mourir. Résultat : vous allez tuer la terre. Alors, paie, car cet argent sera dans de meilleures mains que celle de l’homme blanc.

Philippe lui donne aussitôt 1000 $ et Crazy Horse lui donne la drogue.

SOPHIE

C’est triste, mais nous n’avons pas le temps de lui expliquer qui nous sommes.

PHILIPPE

Sophie, que penses-tu de cette présumée drogue? GROS PLAN SUR LA SUBSTANCE.

SOPHIE

Bien, ça ne sent pas bon, en tout cas. Je vais faire analyser l’échantillon et on verra, mais essayons de trouver Richard.

Ils marchent en direction du local des patrouilleurs de ski.

Sophie et Philippe découvrent l’existence de la drogue à base d’étoiles de mer.

90

INT. BUREAU DES PATROUILLEURS DE SKI.

PHILIPPE

Bonjour. Je m’appelle Philippe Richelieu. Ma collègue et moi sommes de la police et nous enquêtons sur la disparition d’un gars nommé Richard. Nous savons qu’il a eu un accident de ski ici la semaine dernière.

PATROUILLEUR DE SKI

Oui, une histoire très étrange. Il y a bien eu un accident de ski ici. Le gars a été ramassé par les patrouilleurs, mais ce n’est aucun de nous!

PHILIPPE

Que voulez-vous dire?

PATROUILLEUR DE SKI

Bien, on a juste entendu parler de ça, on pensait que les patrouilleurs étaient de notre équipe, mais non. Il a été amené par ambulance et transporté à l’hôpital par des fantômes!

PHILIPPE

Donc, personne de votre équipe ne lui a parlé, ni même touché?

PATROUILLEUR DE SKI

Non.

PHILIPPE

OK, pouvez-vous me donner l’adresse du service d’ambulance?

PATROUILLEUR DE SKI

Certainement. Suivez-moi dans le bureau.

Philippe s’assoit sur le bureau du patrouilleur et celui-ci appelle le service d’ambulance. Philippe prend le téléphone.

91

PHILIPPE

Bonjour. Je m’appelle Philippe Richelieu. Je suis agent secret au service des Nations Unies. Mon numéro de matricule est le 1636. Avez-vous quelque chose à rapporter d’anormal dans la dernière semaine?

Philippe fait un clin d’œil à Sophie.

SERVICE D’AMBULANCE

Oui absolument. Nous avons perdu un camion la semaine dernière et il vient juste d’être retrouvé.

SOPHIE

OK, nous savons pourquoi. Allons voir immédiatement.

PHILIPPE

Pouvons-nous passer pour y jeter un coup d’œil?

SERVICE D’AMBULANCE

Certainement. Nous sommes situés au centre-ville, venez.

SOPHIE

Qu’en penses-tu, Philippe? Crois-tu que nous suivons le bon chemin?

PHILIPPE

Je ne suis pas sûr, mais je crois bien que c’est la bonne piste. Si cette ambulance n’a pas été retournée à sa place et que personne ne semble l’avoir utilisée, il est presque certain que ce soit nos zigotos qui l’aient utilisée.

EXT. VUE DE LA VOITURE DE PHILIPPE ET SOPHIE.

Philippe démarre la voiture.

INT. VUE DE LA CABINE DE LA VOITURE.

Philippe prend la substance dans sa poche.

92

PHILIPPE

OK, essayons de comprendre cette formule organique. Peux-tu m’en dire plus sur cette formule?

GROS PLAN SUR SOPHIE.

Elle sort un petit gadget électronique pour analyser la substance.

SOPHIE

Eh bien, Philippe, au meilleur de mes connaissances, il s’agit d’une molécule organique provenant sûrement d’un organisme marin, probablement d’une étoile de mer.

EXT. STATIONNEMENT DES AMBULANCES.

Ils arrivent en voiture dans le stationnement du service d’ambulance. Un ambulancier sort rapidement du bureau et se rend vers leur voiture. Philippe ouvre la porte et les deux sortent et serrent la main de l’ambulancier.

AMBULANCIER

Bonjour, c’est vous qui avez appelé? Venez, entrez.

Ils entrent dans le garage des ambulances. L’ambulancier montre le camion de la main. Le camion ne semble pas endommagé, mais l’intérieur est visiblement bouleversé.

AMBULANCIER

Voilà, c’est celle-ci. On l’a retrouvée ce matin. On n’a pas encore fouillé, mais j’ai trouvé ce petit bout de papier tout de suite près du siège du conducteur.

SOPHIE

Regarde, Philippe, une médaille d’un saint catholique. Philippe regarde l’ambulancier et l’interroge.

PHILIPPE

Qu’est-ce que c’est?

93

AMBULANCIER

Je ne sais pas, regardons. Ho… C’est une médaille de Saint-François-d’Assise.

PHILIPPE

Qui est Saint-François-d’Assise?

AMBULANCIER

C’est le saint qui aimait beaucoup les animaux. Vous ne pratiquez pas la religion?

PHILIPPE

Heuu, non, pas vraiment. Comme tout le monde, je vais à la messe pour Noël et aux enterrements. Vous savez, nous, les baby-boomers, nous avons tous rejeté ça, cette histoire-là, hein.

Philippe est un peu mal à l’aise. Philippe et Sophie découvrent un indice.

PHILIPPE

C’est probablement tombé de la poche d’un des gars.

SOPHIE
Oui, mais ça ne nous dit pas où il se trouve maintenant.

PHILIPPE

Non, mais peut-être que ce bout de papier peut nous donner des informations.

Philippe regarde attentivement.

PHILIPPE

Mais, je connais ce resto! Ha! Ha! Ha!Philippe se met à rire.

94

PHILIPPE

C’est un coupon pour le buffet du Sloppy Joe’s à Key West, en Floride.

Le téléphone portable de Richard sonne.

CHARLES SOURDEAU

Phillipe, nous avons du nouveau. Le laboratoire de Richard a été incendié.

PHILIPPE

Qui a fait le coup?

CHARLES SOURDEAU

Il semblerait que ce soit des professionnels, mais aucun indice, rien, tout est brûlé.

PHILIPPE

Bon, ça ne nous avance pas beaucoup. Sophie, le labo de Richard a été brûlé. Tu sais, le petit labo près de la maison de ses parents où il a fait sa découverte.

SOPHIE

Pourquoi n’irions-nous pas là-bas, rencontrer ses parents?

PHILIPPE

OK, de toute façon, on n’a pas plus d’indices. Allons-y. FERMETURE EN FONDU

***

Philippe et Sophie se rendent à Québec.

OUVERTURE EN FONDU
EXT. VUE EXTÉRIEURE, MAISON DES PARENTS DE RICHARD.

95

Madame Bellavence sort de sa résidence pour accueillir Philippe et Sophie qui arrivent.

MÈRE DE RICHARD

Bonjour! Bienvenue! Entrez, entrez! Vous avez fait un bon voyage?

SOPHIE

Oui, oui, excellent.

INT. DE LA MAISON.

La maison est radieuse et remplie de lumière. Le salon et la salle à manger sont joints pour former une vaste salle qui se prolonge sur la piscine et le jardin.

INT. DE LA MAISON

Les convives se rassemblent à table pour partager un repas typique de la Nouvelle-France : ragoût de boulettes, tourtière, pattes de cochon, oreille de Christ dans le sirop d’érable.

PÈRE DE RICHARD

Savez-vous si Richard va s’en sortir?

PHILIPPE

Non, nous n’en savons rien pour le moment. Nous avons trouvé ceci sur les lieux du kidnapping.

Philippe montre la médaille de Saint-François-d’Assise.

SOPHIE

Est-ce que ça vous fait penser à quelque chose?

PÈRE DE RICHARD

Oui, c’est la médaille de Richard. Celle que son oncle lui a donnée pour ses 18 ans. Richard la portait toujours sur lui.

96

MÈRE DE RICHARD

Laissez-moi voir. Oui, c’est bien celle-là. Oh! Mon Dieu! Richard, mon enfant!

La mère de Richard s’effondre en larmes.

PHILIPPE

Ne pleurez pas, Madame, ne pleurez pas. Nous allons le retrouver. Et cette substance?

PÈRE DE RICHARD

Non, pas vraiment. Je sais que Richard a étudié la biologie, mais un certain temps. Vous l’avez trouvée dans les laboratoires brûlés?

PHILIPPE

Non, à la station de ski. Pouvons-nous aller voir le laboratoire brûlé?

MÈRE DE RICHARD

Oui, c’est bien simple. Il est situé juste à l’arrière, ici. Regardez par la fenêtre.

Philippe et Sophie regardent par la fenêtre les restes brûlés du labo de Richard. Ils sortent et descendent pour voir de plus près. Ils fouillent un peu, mais il n’y a rien d’apparent.

MÈRE DE RICHARD

Les policiers sont venus, mais ils n’ont absolument rien trouvé d’intéressant. Par contre, un voisin est venu me dire qu’il avait vu des gars s’enfuir et un de ceux-là parlait espagnol.

PHILIPPE

Oui, bonne conclusion. C’était probablement l’un d’eux, et nos bonshommes sont sûrement en Floride. Il y a une grande communauté espagnole là-bas. Bien, je pense que nous avons décidé. Prochaine destination : on retourne en Floride. Pouvons-nous rester ici cette nuit et y aller demain?

97

MÈRE DE RICHARD

Bien sûr, notre maison est votre maison. Mais je vous suggère de rencontrer un ami intime de Richard, le sage Innouptiktouk, un Amérindien de la réserve des Escoumins. Nous l’avons contacté et, si vous allez aux Escoumins demain, vous pourrez sûrement apprendre des choses sur lui.

COUPÉ.

*** OUVERTURE EN FONDU

Sophie a des visions du futur négatif de 2100.

INT. MAISON DES PARENTS DE RICHARD, SOPHIE DORT.

Sophie est couchée et on peut voir qu’elle a un sommeil agité, elle a une vision pendant son sommeil, elle voit des personnages primitifs se battant contre des loups mutants couverts de plaques cancéreuses. Soudainement, la voix de la mère de Sophie se fait entendre.

VOIX DE LA MÈRE DE SOPHIE

Sophie, dépêche-toi, tu dois sauver Richard. Cette vision, elle provient d’un monde négatif parallèle. Elle est de plus en plus vive et, si vous ne retrouvez pas Richard, elle pourrait devenir permanente.

GROS PLAN SUR SOPHIE.

Sophie est toute en sueur et continue d’avoir la vision. Elle voit un homme au visage très rouge respirer en haletant. Il court en transportant un enfant mutilé. La lumière est extrêmement brillante et l’homme a de plus en plus de difficulté à respirer. Il arrive près d’une colline où est perché un village, ou plutôt un bidonville construit de matériaux résiduels post-industriels. Il crie.

***

98

EXT. DÉSERT, MONDE NÉGATIF DE 2100.

ROBERT

Hélène, vite, ouvre la porte, je suis de retour, vite, vite!

Une vieille porte de camionnette s’ouvre et il entre rapidement en poussant son enfant. Les loups se heurtent à la porte fermée et commencent à hurler. On peut les voir furieux et visiblement malades. Ils halètent et bavent. Ils ont le regard fixe et les yeux rouges ensanglantés.

INT. BIDONVILLE POST-INDUSTRIEL. GROS PLAN SUR HÉLÈNE.

HÉLÈNE

Qu’est-ce qu’il y a? Qu’est-il arrivé?

ROBERT

OOOOOH! Tu sais, bien que notre enfant soit aveugle, je tentais de lui montrer comment attraper des vers de terre avec ses mains quand il est tombé dans le canal. Il s’est fait mal et a commencé à crier. Ç’a attiré les loups. J’ai eu juste le temps de l’attraper par le bras et de courir.

HÉLÈNE

Place-le au lit et viens ici boire un peu.

Elle marche lentement vers un baril rouillé, elle l’ouvre pour puiser de l’eau avec une pelle à glace de bar, visiblement très usagée. Elle verse l’eau dans un verre de plastique cassé.

HÉLÈNE

Allez! Bois, ça va te faire du bien. GROS PLAN SUR LA PELLE À GLACE.

On peut voir les saletés dans le verre de Robert.

99

ROBERT

Oh! Hélène, je ne sais pas ce qu’on va devenir. Je pensais que nous pourrions nous en sortir avec la vache-hypo que j’ai réussi à attraper la semaine dernière, mais elle n’est pas fonctionnelle. Je pense que son mécanisme est bloqué.

HÉLÈNE

D’un air surpris. C’est quoi ça, une vache-hypo, Robert?

FERMETURE EN FONDU.
***

OUVERTURE EN FONDU

EXT. SOIR, FUTUR NÉGATIF DE 2100.

On peut voir par images de synthèse la vache-hypo manger et couper le gazon sur l’autoroute 20 qui relie Québec et Montréal.

ROBERT

Je pensais que tu les connaissais, elles ont été créées en 2045 par biotechnologie. Les ingénieurs civils voulaient remplacer le travail de coupe du gazon sur l’autoroute 20 entre Montréal et Québec. Ils ont fait faire un croisement entre une vache et un hippopotame. Par la suite, ils cassaient les pattes de droite pour les raccourcir un peu et ils installaient des espaceurs dans les vertèbres du cou. De cette façon, l’animal pouvait manger tout le gazon sur le côté de l’autoroute et il restait en équilibre. En plus, ils installaient des puces informatiques dans le cerveauet ils modifiaient le pis de la vache pour qu’elle puisse sevidanger de son lait automatiquement. Ces super animaux partaient pendant toute la journée et coupaient le gazon le long de l’autoroute pour revenir se vider tout seuls le soir. Tout le système était automatisé. Seul problème : le lait ne

100

goûtait pas très bon, alors on l’utilisait pour faire du yogourt. COUPÉ.

***

page102image3829536

101

OUVERTURE EN FONDU
INT. BIDONVILLE, MONDE NÉGATIF DE 2100.

HÉLÈNE

Et alors, celle que tu as trouvée, elle ne donne pas de lait ou quoi? Je m’en fous s’il ne goûte pas bon, je me souviens même pas de ce que goûte le lait.

ROBERT

Je ne sais pas si elle peut encore donner du lait. Je l’ai trouvée dans la plaine, elle tournait en rond, comme si elle avait un bogue informatique. De plus, elle a l’air tellement malade que, si on la force à faire du lait, je pense qu’elle va crever.

HÉLÈNE

Je pense que si elle tourne en rond, c’est qu’elle a les pattes d’un côté plus courtes que de l’autre et, étant donné qu’elles ne vont plus sur l’autoroute manger le gazon, elles tournent en rond!

ROBERT

On essaiera de la garder pour la viande!

HÉLÈNE

Ne te décourage pas. Depuis la grande épidémie gastrique, qui a décimé 10 milliards de personnes, la planète semble prendre du mieux, la vie est forte et l’équilibre sacré se rétablira.

ROBERT

Je ne sais pas, ma chérie, je ne sais pas ce qui nous attend. La folie des hommes nous a plongés dans cet enfer. Mon arrière-grand-père me racontait comment cette planète était belle, elle était couverte de verdure abondante etdiversifiée, de fleurs et d’animaux de toutes formes quivivaient librement. Mais, année après année, sans que

102

l’Homme s’en aperçoive, l’environnement s’est détérioré. Au début, les espèces exotiques un peu fragiles ont disparu et, plus tard, ce fut le tour des plus gros individus de chaque espèce comestible pour l’humain, alors la pêche et la chasse n’étaient plus possibles. Puis, ce fut une époque où seule l’agriculture industrielle permettait à l’immense population humaine d’exister et, tout à coup, àforce de modifier et modifier les animaux pour les rendreplus performants, apparurent des virus très puissants qui commencèrent à contaminer les animaux.

HÉLÈNE

Et alors? Et alors? Continue, Robert, je veux savoir!

ROBERT

Et alors, ce fut le début de la fin. L’environnement sedégradait de plus en plus rapidement et les maladies infectieuses étaient de plus en plus violentes et meurtrières, comme si la planète avait démarré son cycle de lavage. Un cycle vicieux. La température montait et ça favorisait la propagation des virus tropicaux qui mutaient au contact des substances toxiques et décimaient les humains qui ne réussissaient plus à maintenir leurs institutions médicales. Ce cycle infernal s’est arrêté avec la grande gastroentérite qui décima 10 milliards d’individus.

HÉLÈNE

Oh, mon chéri, approche, que je te serre dans mes bras. FERMETURE EN FONDU

***

103

OUVERTURE EN FONDU
INT. MAISON DES PARENTS DE RICHARD. GROS PLAN SUR LE VISAGE DE SOPHIE.

Sophie est complètement trempée et se réveille soudainement. Elle est terrifiée et place ses mains sur son visage. Elle se replie sur elle- même comme un fœtus et se recouche.
Lendemain matin.

EXT. MAISON DES PARENTS DE RICHARD.

Philippe et Sophie se préparent à partir pour Les Escoumins. Ils quittent et font au revoir par la fenêtre de la voiture.

Philippe et Sophie se rendent à l’observatoire marin des Escoumins.

INT. VOITURE DE RICHARD ET SOPHIE.

SOPHIE

Philippe, je dois te dire, j’ai eu une vision tellement claire la nuit dernière que je pouvais la toucher. Nous devons trouver Richard, sinon le futur va changer et vraiment pas pour le mieux.

EXT. LES ESCOUMINS, QUÉBEC.

Ils approchent bientôt des Escoumins. Ils arrêtent et se dirigent vers le centre des loisirs marins en marchant. Ils marchent vers la mer.

EXT. CENTRE DES LOISIRS MARINS

Sophie et Philippe descendent l’escalier vers les rochers.

SOPHIE

Wow! Quel paysage merveilleux!

104

Arrivés en bas, ils peuvent voir des milliers d’oursins couvrir le sol ainsi que des étoiles de mer mauves accrochées aux rochers. Plusieurs autres merveilles animales jonchent le sol. Ils regardent le spectacle en silence, ébahis. Soudainement, Philippe entend un léger bruit et se retourne pour regarder plus haut. Innouptiktouk descend lentement.

INNOUPTIKTOUK

N’est-ce pas intéressant, ce lieu? On m’a fait savoir que vous recherchiez mon ami Richard.

PHILIPPE

Oui! Ha, bonjour Innouptiktouk! C’est vous. Enchanté.

INNOUPTIKTOUK

Les parents de Richard m’ont appelé.

PHILIPPE

Que pouvez-vous nous dire?

INNOUPTIKTOUK

J’ai travaillé avec Richard sur ses projets. Je suis toujours ici pour surveiller. Je suis vieux, mais utile pour prévenir les accidents. Je peux vous dire que Richard est vraiment idéaliste et qu’il avait des frictions avec un groupe de plongeurs appelés les Mystiques. Vous voyez, le genre de gars qui plonge le plus creux possible juste pour obtenir sa dose d’adrénaline journalière? Ces gars-là rêvent derefaire le film Extrême limite, version plongée sous-marine. Ils avaient la fâcheuse manie de se déshabiller dans l’eau glacée devant les touristes en visite. Ça mettait Richard en furie. Je sais aussi qu’ils étaient engagés pour ramasser des étoiles de mer. Tout ce qui est vénéneux, particulièrement. Il y a 2 ans, ils sont tous partis d’ici pour aller en Floride, je crois. Richard n’était pas déçu de leur départ. Je dois vous dire aussi que ce lieu est sacré pour Richard, car il y a perdu un de ses amis en plongée sous- marine. On l’a récupéré à une quarantaine de pieds.

105

SOPHIE

Voilà, Philippe, c’est logique. Ils ont commencé ici, puis sont partis pour la Floride travailler avec les chercheurs sur cette drogue.

PHILIPPE

Y a-t-il un autre centre de ce genre en Floride? Puisqu’ils semblent aimer se déshabiller devant le public…

INNOUPTIKTOUK

Oui, il y en a un. Ils sont sûrement là pour satisfaire leur côté exhibitionniste, une dose d’adrénaline de plus, je suppose.

PHILIPPE

Décidément, ça me fait penser à un groupe de motards subaquatiques.

SOPHIE

Exactement, des Hells Angels avec des nageoires.

PHILIPPE

C’est Jacques Cousteau qui va se retourner dans sa tombe.

INNOUPTIKTOUK

Ouin, mais faites attention. Ces gars-là ont un chef, une femme au pouvoir de séduction très spécial et ils ont une licence pour tuer.

PHILIPPE

Merci, merci, Monsieur. Avez-vous d’autres renseignements? Le temps est compté.

INNOUPTIKTOUK

Que voulez-vous dire, le temps est compté? Non, je crois que c’est tout.

106

PHILIPPE

Nous ne pouvons vous expliquer, nous allons partir maintenant.

Surpris, il regarde les deux courir en montant les escaliers puis quitter les lieux en trombe.

EXT.VUE DE L’INTÉRIEUR DE LA VOITURE.

La machine fonce vers Québec en suivant la côte.

INT. VUE DE LA VOITURE.

SOPHIE

Philippe, ce rêve que j’ai eu hier était vraiment incroyable. Je pense que c’était une matérialisation du monde sans l’invention des panneaux solaires de Richard. Philippe, c’était terrible. Les humains étaient brûlés par un soleil extrêmement fort. La Terre, transformée en désert. Le pôle Nord, totalement fondu et le niveau de la mer élevéde trois mètres. L’oxygène était raréfié, les gens vivaient comme des animaux affligés de souffrances atroces.

PHILIPPE

Prions Dieu que nous trouvions Richard.
EXT. VUE DE LA VOITURE SUR LA CÔTE DE CHARLEVOIX.La voiture file à vive allure en direction de Québec
INT. DE LA VOITURE.
Philippe appelle Charles Sourdeau sur son cellulaire.

PHILIPPE

Bonjour, Charles. Nous pensons savoir où est Richard. Il aurait été kidnappé et emmené en Floride. Pourriez-vous nous dire s’il y a une base de plongée là-bas?

107

CHARLES SOURDEAU

On vous rappelle. Nous vous réservons deux sièges sur le prochain vol en partance pour la Floride.

Une heure plus tard.

CHARLES SOURDEAU

Voilà, vous partez demain matin à 6 h de Québec vers Miami. Là, un correspondant vous accueillera avec une voiture et vous donnera les informations.

FERMETURE EN FONDU
***

OUVERTURE EN FONDU EXT. PLAGE DE FLORIDE.

JEAN-FRANÇOIS

Trois, deux, un, go!

Les deux adolescents filent à toute allure sur leur bicyclette nautique. Jean-François est devant sa sœur, mais elle le talonne de très près. Plus que 150 mètres pour arriver à la bouée. Julie se surpasse, Jean- François augmente la cadence, plus que 100 mètres avant la bouée d’arrivée.

JEAN-FRANÇOIS

Eille! Eille!

JULIE

Ha! Ha! Ha! Jean-François! Je suis plus rapide que toi!

JEAN-FRANÇOIS

HAAAA!!!! Jullie! Au secours!

Julie saute dans l’eau et nage en direction deJean-François.

108

EXT. PLAGE.

Philippe a remarqué les deux adolescents.

EXT. EN MER, GROS PLAN SUR JULIE.

Julie nage toujours vers Jean-François, qui a une crampe à la jambe. Jean-François coule sous l’eau.

JULIE

Au secours! Au secours!

Elle balance le bras dans les airs.

PHILIPPE

Sophie! Appelle une ambulance, il y a des gens en danger là-bas.

Philippe et Sophie sauvent Jean-François de la noyade.
Philippe embarque sur un MAYAK et pagaie en direction de Jean-François.

PHILIPPE

N’ayez pas peur, je suis sauveteur, je vais vous sauver. Restez calme. Je vais vous ramener au bord de l’eau.

JEAN-FRANÇOIS

J’ai une crampe à la jambe.

Jean-François avale de l’eau et coule vers le fond. Philippe ne le voit plus, mais il sait où il est. Deux brassées et il plonge. Il ne le trouve pas. Son vélo nautique est toujours renversé. Quelques respirations et il plonge à nouveau. Le voilà. Philippe l’attrape par le bras. Julie attend, perchée sur le Surfbike. Philippe prend Jean-François et le couche sur le flotteur. Il le ramène au bord et lui administre la respiration artificielle. Ils arrivent sur la plage. Philippe tire Jean-François sur le sable et continue la respiration artificielle. L’adolescent semble reprendre vie, il commence à tousser et il crache de l’eau.

109

PHILIPPE

Oui, voilà, il reprend vie. Sophie, as-tu appelé une ambulance?

SOPHIE

Oui, c’est fait, elle arrive justement.

L’ambulance arrive et Sophie fait de grands signes pour diriger les hommes. Les deux hommes se jettent à genoux pour ramasser Jean- François. Le jeune Jean-François est placé sous oxygène et embarqué dans la camionnette. Quelques secondes plus tard, l’ambulance file vers l’hôpital le plus proche.

Philippe et Sophie parlent avec Julie.

SOPHIE

Qu’est-il arrivé?

JULIE

Oh! C’est mon frère, il veut toujours gagner et il se pousse jusqu’à l’épuisement. Cette fois-ci, il a failli se noyer! Merci de l’avoir sauvé!

SOPHIE

Julie, où habitez-vous?

JULIE

On n’habite pas loin, vous pouvez même voir notre maison. Vous voyez là-bas, la maison avec les éventails?

SOPHIE

OK, allons voir ton père ensemble pour lui raconter tout ça. INT. MAISON ÉCO-LOGIQUE.

SOPHIE

Excusez-moi, Monsieur, vous êtes bien le père de Jean- François?

110

PÈRE DE JEAN-FRANÇOIS

Oui, oui, qu’y a-t-il?

SOPHIE

Votre fils a failli se noyer, mais nous l’avons sauvé et toutva bien. Il est à l’hôpital.

PÈRE DE JEAN-FRANÇOIS

Oh! Mon Dieu! Merci! À quel hôpital est-il?

SOPHIE

Hôpital Général, Monsieur. Nous devons partir, prenez mon numéro de portable et tenez-moi au courant.

Julie prend Sophie par la main.

JULIE

D’un ton noble Merci pour avoir sauvé mon frère… Je vous serai reconnaissante pour toujours.

PHILIPPE

Nous n’avons fait que notre travail. Savez-vous où se trouve le centre des loisirs marins?

PÈRE DE JEAN-FRANÇOIS.

Oui, il n’est qu’à trente minutes vers là-bas. Je pense qu’il doit être fermé à cette heure. Pourquoi voulez-vous aller là?

Philippe regarde le père de Jean-François.

PHILIPPE

Pour des raisons personnelles, Monsieur, tenez-moi au courant pour Jean-François.

Julie semble perplexe.

PÈRE DE JEAN-FRANÇOIS

J’espère que mon fils ne sera pas malade. On ne sait
111

jamais, après une quasi-noyade.

EXT. PLAGE.

Philippe et Sophie marchent en direction de la voiture. Ils partent et roulent, longeant la plage pendant que Julie et une amie leur envoient la main en pédalant sur leurs vélos nautiques. Philippe et Sophie sont très fiers.

EXT. CENTRE DES LOISIRS MARINS.

Ils approchent.

INT. CENTRE DES LOISIRS MARINS.

Sophie et Philippe entrent dans le bâtiment et regardent les plans du site.

SOPHIE

Regarde, il y a l’épave d’un navire coulé artificiellementplus loin sur la gauche.

PHILIPPE

J’ai une idée folle, mais penses-tu qu’ils pourraient être dans cette épave? Peut-être ont-ils transformé l’épave en habitat sous-marin? Et s’ils utilisaient le centre des loisirs marins pour y entrer et en sortir? De cette façon,ils peuvent camoufler leurs activités plus facilement. Ilslaissent les touristes entrer et sortir durant le jour pour garder leur couverture.

SOPHIE

Allons, Philippe, nous reviendrons ce soir. EXT. NUIT, OBSERVATOIRE MARIN.

Durant la nuit, Sophie et Philippe enfilent leurs vêtements de plongée et respirateurs biomécaniques. Ils entrent dans la mer. La lune est

112

pleine et se reflète sur l’eau.

EXT. NUIT, VUE SOUS-MARINE.

Ils plongent en direction du fond de la mer. Ils aperçoivent l’épave et leur cœur bat à tout rompre. Ils nagent en direction de la cabine arrière. Ils entrent par la porte déjà ouverte. Ils nagent le long du corridor. Ils arrivent à la grande roue du capitaine et peuvent voir une trappe menant au fond. Les poignées sont visiblement utilisées puisqu’exemptes d’algues marines. Ils ouvrent et entrent. Une lueur qui jaillit par une des fenêtres attire leur attention. Sophie prend la main de Philippe.

Ils parlent par leur communicateur sous-marin.

SOPHIE

Philippe, reste ici, je vais essayer de regarder par la fenêtre.

PHILIPPE

OK, Sophie.

Sophie nage sur le dos pour se placer sous la fenêtre. Elle se retourne pour regarder. Elle voit des gens se promener, habillés de blanc, dans un uniforme une pièce fait de lycra. Ils portent des médailles dorées, estampées d’une effigie inconnue.

SOPHIE

Philippe, il y a des gens à l’intérieur, tu as raison.

Philippe et Sophie découvrent les laboratoires d’Antésis.

PHILIPPE

Retournons à la surface.

Ils nagent rapidement vers la surface.

EXT. À LA SURFACE.

113

GROS PLAN SUR PHILIPPE ET SOPHIE.

PHILIPPE

J’ai une idée, prenons le microphone d’un de nos communicateurs. Fixons-le sur la porte pour écouter les conversations.

Ils retournent à l’automobile pour fabriquer le micro-espion avec un long fils électrique.

EXT. NUIT, VUE DE SOPHIE QUI NAGE SOUS l’EAU.

Sophie plonge et retourne à l’épave pour placer le micro sur la paroi du sous-marin.

INT. VUE DE L’AUTOMOBILE.

Philippe est à moitié déshabillé et place l’oreille sur l’écouteur.

ÉCOUTEURS

Screwihc, buble, buble, dong!

VOIX 1 DES ÉCOUTEURS

La grande prêtresse nous a ordonné de vous remplacer,nous attendons deux nouveaux scientifiques.

VOIX 2 DES ÉCOUTEURS

Qui sont-ils?

VOIX 1 DES ÉCOUTEURS

Chimistes, mâle et femelle.

Philippe prend un stylo et note.

VOIX 1 DES ÉCOUTEURS

Quand ils entreront, vous devrez leur demander : « Est- ce que les États-Unis sont les meilleurs? » Ils devront répondre : « Ils sont les meilleurs, les meilleurs pollueurs

114

du monde. »

Philippe prend des notes et tire sur le fil pour faire signe à Sophie de revenir.

EXT. PLAGE.

Sophie sort de la mer.

INT. CABINE DU VÉHICULE.

Sophie entre à l’intérieur du véhicule.

SOPHIE

As-tu entendu quelque chose?

PHILIPPE

Oui, ils attendent des visiteurs ce soir. Sophie, Dieu est avec nous, nous allons les remplacer pour entrer.

EXT.VUE DE PHILIPPE ET SOPHIE CACHÉS DANS LA FORÊT.

Sophie tire sur Philippe pour lui montrer les deux plongeurs sur la berge. Ce sont sûrement les scientifiques dont parlaient les gardes dans le laboratoire sous-marin. Philippe fait signe à Sophie. Ils marchent tout doucement et, soudainement, sautent sur eux pour les neutraliser. Une bataille s’engage, les deux scientifiques tombent rapidement n’offrant que peu de résistance.

PHILIPPE

Ça va, Sophie?

SOPHIE

Oui, ça va, mais que fait-on maintenant?

PHILIPPE

On les déshabille.

115

Ils tirent sur les corps inanimés et leur retirent leurs vêtements.

SOPHIE

Merde! Cette femme est trop grosse! L’eau va s’engouffrer dans sa combinaison.

PHILIPPE

Aucune importance, nous ne nagerons que 5 minutes. Tu te déshabilles dès que nous serons à l’intérieur.

VUE SOUS-MARINE.

Philippe et Sophie nagent vers l’épave. Sophie semble se débrouiller dans ses vêtements trop grands. Ils entrent dans la cabine arrière et frappent sur la porte.

DONG, DONG.

INT. SAS.

L’écoutille se ferme automatiquement et se remplit d’eau. Quelques centimètres de plus et la porte étanche ouvre. Sophie et Philippe entrent et ferment la porte. Les gardes observent et actionnent les manettes pour vider le sas à nouveau.

Sophie et Philippe entrent dans le laboratoire d’Antésis.

INT. LAB.

GARDIEN

Les États-Unis sont-ils les meilleurs?

SOPHIE

Les meilleurs, les meilleurs pollueurs du monde!

GARDIEN

OK. Allez au fond du corridor, dans la chambre humide. Des vêtements secs vous attendent.

116

Ils baissent la tête. Ils entrent dans une pièce qui ressemble à un vestiaire de piscine publique. Des caméras cachées les filment pendant qu’ils se changent et enfilent les pièces de lycra à l’effigie du groupe diabolique.

Immédiatement, une femme imposante aux cheveux blonds et aux yeux bleus arrive. Son avant-bras a la largeur des jambes d’un homme et ses larges épaules inspirent assurément beaucoup de respect. Son visage de poupée semble pourtant vide.

SHEILA

Je suis Sheila, chef des opérations. Suivez-moi, nous allons au laboratoire. Le complexe de deux étages est inclus dans l’ancien destroyer coulé. Nous sommes présentement en phase de production de la drogue issue de l’étoile de mer venimeuse à cinq branches de Floride. Ce nouveau produit nous rendra extrêmement riches et puissants. Nous vous attendions pour perfectionner la ligne de synthèse biotechnologique. Vous voyez ici la ligne de production où le résultat est stocké dans des cylindres. C’est sur ce système que vous allez travailler.

On peut voir des derrières de chèvres, sans les jambes, branchés et intubés sur des machines qui semblent leur fournir les éléments nutritifs nécessaires à leur survie.

SHEILA

Nous avons ajouté la séquence génétique qui synthèse la précieuse molécule au code d’une chèvre porteuse. Puis, par clonage, nous avons reproduit cette chèvre en plusieurs exemplaires. Ensuite, pour les maintenir en production maximale de lait, nous les avons coupées en deux, et ce système mécanico chimique que vous voyez là les maintient en production maximale. Elles, ou ce qui reste d’elles, produisent quatre fois plus de lait, et ce lait contient une énorme quantité de la substance. Il ne reste plus qu’à décanter et presser la drogue sous forme de pilules. Bientôt, cette drogue sera distribuée gratuitement

117

à des centaines de milliers d’enfants pour les transformer en esclaves consommateurs parfaits.

On peut voir les scientifiques qui empilent les boîtes de pilules dans les cylindres.

SHEILA

Votre travail consistera à améliorer le processus d’extraction de la molécule provenant des chèvres clonées. La vitesse est trop lente.

Ils marchent plus loin et arrivent à l’entrée d’une autre pièce.

SHEILA

À genoux, nous allons entrer dans la chambre royale de la Prêtresse.

Une draperie de tissu oriental apparaît au bout du tunnel qui mène à la chambre royale. Un garde de race noire ouvre la draperie et ils aperçoivent la prêtresse. Elle est couchée sur un canapé, comme au temps des Romains. Elle est très belle et, surtout, très séduisante. Elle fait un petit signe d’approbation en direction de Sheila. Un jeune homme couché à ses pieds embrasse ses orteils.

SHEILA

À genoux. Oh! Grande Prêtresse, voici les deux nouveaux sujets. Aimez-moi, Antésis, s’il vous plaît, aimez-moi!

Antésis semble satisfaite et gronde de plaisir.

ANTÉSIS

Oui, Sheila, je t’aime. Viens ici, que je te touche.

Les jeunes hommes regardent avec jalousie Antésis caresser Sheila du bout des doigts. Sheila tombe en transe. Après cette preuve d’amour, elle remercie Sheila.

118

ANTÉSIS

Amenez-les dans la salle des initiations.

Sheila acquiesce et une vibration profonde envahit la pièce. Sophie s’inquiète.

SOPHIE

D’une voix basse à Philippe. Ne la regarde pas, son regard hypnotique est puissant!

Ils se relèvent et suivent Sheila dans le corridor.

SHEILA

Je vais vous amener au laboratoire et vous pourrez aller vous reposer dans vos quartiers avant l’initiation de cette nuit.

Ils descendent et arrivent dans une grande pièce pleine de personnel et de systèmes informatiques.

SHEILA

C’est ici que vous allez travailler. Vous voyez encore ces cylindres? Ils partiront bientôt pour plusieurs points stratégiques à travers le monde. Cette drogue transformera les gens en consommateurs stupides et violents, capables de tout pour acheter notre produit parfait et, lorsqu’ils seront complètement accrochés, nous allons monter les prix outrageusement, ce qui provoquera le chaos et notre fortune. C’est alors qu’Antésis régnera et tous, nous pourrons goûter à son amour.

Ils arrivent après quelques pas à leurs quartiers.

SHEILA

Voici vos quartiers, j’espère que vous aimerez. Nous vous convoquerons à votre initiation bientôt. Vous goûterez aupouvoir d’Antésis, et le bonheur infini coulera dans vosveines.

119

Dans cette petite pièce, les murs sont blancs et stérilisés.

SOPHIE

Ça ressemble plus à un vaisseau spatial qu’à un navire, ici!

Un grand panneau bombé de polycarbonate fait office de fenêtre et on peut voir des requins nager. La porte se referme automatiquement. Sophie regarde Philippe dans les yeux. Philippe comprend le signal. Ils pensent qu’une caméra enregistre leurs moindres faits et gestes. Ils s’assoient sur le lit gonflable.

SOPHIE

En chuchotant. Nous devons agir rapidement, son charme est surpuissant et tu es déjà affecté, Philippe. Vous, les hommes, êtes tellement faibles! Impossible de résister à une femme. Nous devons trouver Richard et quitter cetendroit. Avec tous ces gardes, ça sera encore plus difficilede trouver un moyen de sortir. Explorons les environs. J’ai vu nos équipements de plongée dans la pièce voisine.

CORRIDOR INT. LAB.

Ils ouvrent la porte et marchent la tête basse. Ils descendent au dernier étage et arrivent dans la salle des machines. Filtres de CO2et réservoirs de toutes sortes jonchent le sol. Ils remontent plus haut et trouvent les dortoirs de même que d’autres laboratoires. Soudainement, ils aperçoivent le très grand réservoir dans lequel est submergé Richard, qui est branché à un respirateur automatique.

PHILIPPE

Reste ici, couvre-moi, je vais le chercher.

SOPHIE

Non! Non! Pas tout de suite.

Philippe entre et se dirige vers le réservoir. Un scientifique le remarque.

120

SCIENTIFIQUE

Qui êtes-vous? Je ne vous ai jamais vu auparavant.

PHILIPPE

Philippe Richelieu, chimiste. J’ai commencé à travailler aujourd’hui.

SCIENTIFIQUE

Pourquoi n’avez-vous pas la marque d’Antésis?

Philippe frappe l’homme solidement et celui-ci tombe. Sophie court le rejoindre et elle grimpe sur le réservoir pour en sortir Richard. Ils se mettent à deux et Richard tombe sur le sol en crachant son respirateur. Philippe retire les tubes capillaires qui entrent dans les bras de Richard, commence à tousser.

SOPHIE

Sois prudent, est-ce qu’il respire?

PHILIPPE

Oui, ça semble aller, mais il est totalement inconscient.

Soudainement, des gardes entrent en trombe et Sophie court vers l’ascenseur. Philippe jette Richard sur une table roulante et le propulse vers Sophie puis se lance dans un combat avec les gardes. Sophie attrape le chariot et la porte de l’ascenseur se referme.

Richard se réveille.

RICHARD

Que se passe-t-il? Où suis-je?

SOPHIE

Je m’appelle Sophie. On nous a envoyés pour te sortir d’ici.

Ils descendent dans la salle des machines et bloquent la porte.

121

Sophie s’échappe avec Richard, mais Philippe est fait prisonnier.

INT. LAB, SALLE DES MACHINES.

Sophie se cache sous une fournaise avec Richard. Quelques minutes plus tard, des gardes passent près d’elle. Elle voit leurs souliers. Les gardes se donnent des ordres, mais ne parviennent pas à les trouver.

Sophie retrouve son souffle. Elle commence à réaliser à quel point la situation est désespérée. Elle prend tout son courage à deux mains et court se cacher dans une petite pièce adjacente.

INT. LAB, SALLE DES INITIATIONS.

Quelques heures plus tard. Philippe se débat, mais ses pieds et mains sont attachés par des lanières de cuir. Antésis le regarde et il tente d’esquiver son regard.

SHEILA

Regarde-la, elle est magnifique, son regard va te fairegrandir et tu sentiras l’amour.

Philippe refuse et tourne la tête chaque fois. Antésis le caresse et sourit.

ANTÉSIS

Viens, tu seras à moi, heureux pour toujours.

Sheila l’attrape par les cheveux et lui ouvre la bouche pour y verser un liquide rouge. Visiblement, c’est cette drogue tant recherchée. Philippe crache et tousse. Brusquement, Sheila crie.

SHEILA

Regarde-la!

Philippe, torturé de douleur, regarde Antésis dans les yeux pour une fraction de seconde. Elle lui prend la tête et l’embrasse. Philippe est aussitôt envahi par une sensation puissante.

122

ANTÉSIS

Voilà, tu es à moi, ne résiste pas.

Soudainement, un son retentit. Crash! Bang! Sophie saute sur le sol sortant des trappes de ventilation. Elle tire en rafale et frappe Sheila au bras. Antésis court se cacher, protégée par Sheila. Des gardes entrent en trombe, mais Sophie les abat l’un après l’autre. Ils tombent et Sophie attrape Philippe.

SOPHIE

Allez! Bouge! Qu’y a-t-il?

Philippe est en transe et bouge lentement. Il a l’air visiblement mal en point. Sophie coupe les lanières de cuir avec son couteau de plongée. Elle pousse Philippe, qui tombe sur le sol. Sophie donne un coup de pied au garde pour dégager le passage. Elle traîne Philippe sur quelques mètres, mais il se relève en titubant.

Sophie vient à la rescousse de Philippe.

SOPHIE

Comme un kamikaze. HOOOOOOOOOOOO!Philippe et Sophie courent en direction de leur cabine.

GARDIEN

Ne tirez pas! Vous allez percer les cloisons étanches.

Ils entrent dans la cabine où Richard se trouve, complètement inconscient. Sophie tire sur le panneau de contrôle et bloque la porte en position fermée.

SOPHIE

J’ai besoin de ton aide, Philippe. Nous allons remonter et nous sommes à 30 mètres du fond.

Sophie enfile un gilet de sauvetage à Richard.

123

SOPHIE

Attention! Je vais fracasser la fenêtre.

Elle perce un premier trou dans le panneau transparent de polycarbonate. L’eau entre avec force. Elle perce trois autres trous et les rejoint par une ligne. Une trombe d’eau entre et la fenêtre se brise. On peut entendre les gardes crier et les portes d’acier se verrouiller.

SOPHIE

Voilà, ça passe ou ça casse.

Le reste de la fenêtre explose, l’eau entre et submerge la pièce d’un coup. Sophie attrape Richard par la veste et le pousse par la fenêtre. Une fois Sophie et Richard passés de l’autre côté de la fenêtre, Philippe les suit et tous remontent vers la surface. Sophie s’agrippe à Richard et l’embrasse pour l’empêcher de se noyer.

SÉQUENCE SOUS-MARINE.

Ils remontent en catastrophe. 25, 20, 15, 10, plus que 5 mètres et Philippe touche la surface, suivi de Richard et Sophie.

EXT. JOUR. SURFACE DE L’EAU.

Une fois à la surface, Sophie prend une énorme respiration. Elle est agitée, ils sont loin de la plage et Philippe est très mal en point. Soudainement, un bateau approche. Surprenant! C’est Julie et Jean-François.

Philippe, Sophie et Richard remontent à la surface de l’eau.

JULIE

J’ai suivi vos péripéties avec mon ordinateur… Avez- vous besoin d’aide?

SOPHIE

Oui, oui, bravo Julie et Jean-François!

Sophie et Philippe se hissent à bord. Ils tirent Richard dans

124

l’embarcation. Richard tombe au fond du bateau comme un alcoolique.

SOPHIE

Direction, le continent. Nous retournons à la base.

Le bateau file sur la mer et Richard reprend vaguement connaissance, il murmure.

RICHARD

Goya, Goya est en train de nous utiliser. Heu, cette drogue, ce passage boutique m’a révélé la vérité. La planète, la planète veut se reproduire. Haaa!

SOPHIE

Quoi, mais qu’est-ce qu’il raconte, celui-là?

RICHARD

Goya, elle est vivante et désire partager le génome universel.

Richard retombe inconscient.

FERMETURE EN FONDU
***

OUVERTURE EN FONDU

EXT. CENTRE DE CONTRÔLE DES CASQUES BLEUS DES NATIONS UNIES.

Sophie a expliqué la situation.

Général Louis Handfield est prêt à partir, deux commandos de quatre soldats par bateau.

LOUIS

Voilà, il ne reste plus qu’à faire exploser cette bande de
125

dérangés, nous avons récupéré Richard.

Les bateaux démarrent et filent sur la mer à grande vitesse.

COUPÉ.

*** OUVERTURE EN FONDU

INT. MAISON DE JEAN-FRANÇOIS ET JULIE.

Richard est couché sur le canapé.

JULIE

Il a perdu connaissance? Qu’est-ce qu’il a?!

JEAN-FRANÇOIS

Pourquoi est-il ainsi?

JULIE

Il a été intoxiqué par du poison d’étoiles de mer à cinq branches.

JEAN-FRANÇOIS

Alors, donnez-lui du concombre de mer, voyons! Tout le monde sait ici que, si vous marchez sur l’étoile, il faut manger le concombre. Ce sont des rivaux sous la mer et le concombre fabrique l’antidote au venin de l’étoile.

Jean-François court à la plage chercher un concombre de mer.

COUPÉ.

*** OUVERTURE EN FONDU

EXT. VUE AÉRIENNE, DIRECTION DE LA FLORIDE.

126

Les bateaux de combat filent à grande vitesse sur la mer et le Général Louis Handfield s’adresse à ses troupes par le microphone.

LOUIS

Quand nous arriverons, plongez directement sur l’épave. Abandonnez les bateaux et, en utilisant les scooters sous- marins, vous irez directement poser vos mines sur la cloison étanche. Tout va sauter à 9 h du matin précisément et vous devrez être sortis de l’eau. Sinon, le choc va vous assommer et vous allez vous noyer. Équipe 1, sur le destroyer, équipe 2, au labo sous-terrain.

EXT. PROXIMITÉ DU LABORATOIRE.

Les soldats plongent.
Sophie et Philippe arrivent près du Laboratoire.

SOPHIE

Je vais sortir les scientifiques de là.

PHILIPPE

Es-tu folle? Cette épave va exploser et tout va voler en morceaux.

SOPHIE

Je dois y aller!

PHILIPPE

Non, Sophie! N’interfère pas, nous avons Richard et le monde va continuer!

Philippe essaie de l’empêcher, mais il n’y a rien à faire, Sophie plonge sur l’épave. Philippe la suit.

Une porte étanche située sous le plancher métallique s’ouvre automatiquement. Sophie voit des gardes d’Antésis qui s’agitent plus bas. Sophie se jette sur le plancher et tire avec son fusil laser. Les

127

gardes répliquent. Sophie en abat plusieurs et saute dans le sas. Tout le monde court dans les corridors.

INT. LAB

Sophie court dans les corridors. Une sirène d’urgence se fait entendre et les lumières rouges des sorties d’urgence sont allumées.

SOPHIE

En criant. Allez! Bande de zombies scientifiques! On secasse d’ici.

Sophie court au labo. Tout le monde panique. Des militaires la suivent et prennent les hommes en sarraus blancs par le bras pour les forcer à remonter l’escalier de secours.

Soudainement, Sophie aperçoit Antésis et Sheila qui tournent le coin du corridor.

SOPHIE

Je vais vous crever la peau! HAAAAA!

Un bruit sourd se fait entendre et une vibration se fait sentir.

PHILIPPE

Merde! Sophie, reviens vite! Allez! Il ne reste plus de temps, il faut remonter de cette machine.

L’armée attaque les laboratoires d’Antésis. Ils remontent, mais l’écoutille reste bloquée.

SOPHIE

Merde! Si ça explose, il va y avoir de cette drogue partout.

Philippe essaie encore, mais rien ne se passe. Sophie prend une barre de fer et redescend.

128

SOPHIE

Allez, merde! Remonte!

Sophie frappe de toutes ses forces sur la porte étanche. Bang! Soudainement, le mécanisme s’actionne. La porte étanche s’ouvre. Un son très sourd se fait entendre et le sas d’évacuation s’ouvre en propulsant ses occupants à la surface. Le radeau de sauvetage se gonfle. Sophie tombe au fond, épuisée. Surprise, elle entend un bruit sourd. Le destroyer coulé commence à bouger.

PHILIPPE

Allez, merde! Ce truc n’est pas juste un labo. C’est un sous-marin et il s’en va.

SOPHIE

Trop tard, couchez-vous tout le monde, ça va sauter!
4, 3, 2, 1.
WORM! Super bang. Un énorme remous jaillit de la mer à l’endroit où était le destroyer. La vague pousse le radeau pneumatique vers la

plage.

EXT. PLAGE GROS PLAN SUR SOPHIE ET LOUIS

COUPÉ.

SOPHIE

OUUUFF!! Vraiment, on a eu chaud!

LOUIS HANDFIELD

Ça ne pouvait pas être plus juste.

***
INT. MAISON DE JEAN-FRANÇOIS ET JULIE.

Richard se réveille.

129

RICHARD

OUUUAA! Aheeeeeead, oaf! Il faut envoyer de la terre dans les autres planètes.

PÈRE DE JULIE

Quoi?

RICHARD

Je vous le jure, il faut envoyer de la terre sur d’autres planètes et l’équilibre sacré se fera naturellement.

PÈRE DE JULIE

Richard, es-tu encore sous l’effet de la drogue?

RICHARD

Non, ça va, je vais bien. J’ai eu cette révélation entre les séances de drogue. Je ne suis pas fou. J’en suis sûr.

PÈRE DE JULIE

Mais ça ne fait ni queue ni tête, ton histoire. COUPÉ.

*** OUVERTURE EN FONDU

Marie-Flore est accueillie par Philippe et Sophie à l’hôpital de Miami.

PHILIPPE

Bonjour, Marie-Flore! Nous vous avons réservé une chambre à l’hôtel, au bord de la mer. Richard va bien compte tenu des épreuves qu’il a subites. Il devrait reprendre connaissance très bientôt.

Richard retrouve Marie-Flore.

INT. HÔPITAL DE MIAMI.

130

Philippe, Sophie et Marie-Flore marchent en direction de la chambre où Richard est alité. Ils entrent dans la chambre. Marie-Flore l’aperçoit et saute dans le lit où est Richard qui sort de sa léthargie. Ils se prennent dans les bras l’un de l’autre et s’embrassent.

RICHARD

Ho! Mon Dieu! Je croyais mourir noyé. Ils m’ont totalement drogué. Je ne pensais vraiment pas pouvoir te regarder à nouveau.

MARIE-FLORE

Viens avec moi. Peux-tu marcher?

RICHARD

Donne-moi ton téléphone, je dois appeler Charles Sourdeau.

MARIE-FLORE

Mais ça ne va pas! Tu es encore fatigué.

RICHARD

Donne-moi ton téléphone.

Richard appelle avec le cellulaire, Charles répond.

RICHARD

Charles, mon ami, voici la révélation la plus incroyable que vous puissiez imaginer. Voici mon raisonnement. Si vous acceptez que l’être humain soit le résultat ultime de l’évolution et que ce qu’il fabrique, machines et inventions, soit naturel aussi, et si vous acceptez le fait que la planète Goya est un être vivant à l’instar de tous les êtres vivants, nous sommes donc une partie de cet animal géant et notre action est une action naturelle.

CHARLES

Et alors?

131

RICHARD

Alors? Alors, aussi incroyable que ça puisse paraître, la seule raison logique de nos activités agitées et dévastatrices serait la reproduction.

CHARLES

Quoi? La reproduction…

RICHARD

Oui, comme les éphémères se sacrifient pour sereproduire, l’être humain est l’organe reproducteur de Goya qui nous utilise pour créer des machines capables d’envoyer une parcelle de code génétique pour féconder d’autres planètes.

CHARLES

Mon Dieu, Richard, quelle idée incroyable! Mais, mais ça veut dire que…

RICHARD

Voilà, oui, c’est ça. Si nous envoyons de l’ADN sur d’autres planètes, de la vie sous des formes diverses, une ogive d’échantillon de sol de Goya sur d’autres planètes qui fécondera le sol avec des bactéries, la période de reproduction s’arrêtera et le mara cessera la pression sexuelle sur l’être humain, qui pourra retrouver une harmonie cosmique.

CHARLES

Je n’en crois pas mes oreilles, Richard c’est… C’est incroyable.

RICHARD

Envoyons des ogives de terre de tous les pays sur toutes les planètes du système solaire et, croyez-moi, l’amour universel jaillira.

132

CHARLES

Je, je suis sidéré par ces propos. Mon Dieu…

Charles se gratte la tête et réfléchit.

FERMETURE EN FONDU
***

OUVERTURE EN FONDU

Le conseil des Nations Unies est réuni pour une assemblée spéciale. Charles prend la parole. Il est accompagné de Richard.

CHARLES

Mes chers amis, vous devez maintenant faire preuve d’une ouverture d’esprit sans précédent.

La voix de Charles vibre d’une oscillation mystique fantastique. Une communion extraordinaire se propage dans l’assemblée. Les représentants de l’Irak, des États-Unis et de tous les pays écoutent.

PREMIER MINISTRE DU JAPON

Votre idée est incroyablement surprenante, mais la réputation de Richard n’est plus à faire. Cette idée de panneaux solaires est absolument fantastique. Nous vous soutiendrons dans votre démarche.

PREMIER MINISTRE DE LA FRANCE

Compagnons, Ariane est à votre disposition.

PRÉSIDENT DES ÉTATS-UNIS

We will help.

L’assemblée applaudit.

FERMETURE EN FONDU
***

133

OUVERTURE EN FONDU

Une multitude de plans montre des ogives remplies de terre installées sur des fusées. L’une à la suite de l’autre, les fusées quittent la Terre et s’enfoncent dans le cosmos. Elles percutent le sol l’une après l’autre sur différentes planètes, Uranus, Jupiter, Mars. D’autres partent vers des destinations éloignées de plusieurs années-lumière.

COUPÉ.

*** OUVERTURE EN FONDU

INT. MAISON DE RICHARD.

RICHARD

J’ai vraiment faim.

Madame Bellavance s’approche avec un ragoût de pattes de cochon.

MARIE-FLORE

Tu avais raison. Finalement, c’est plus dangereux que je pensais de sauver le monde.

Richard sourit.

Un son bouddhique retentit dans la planète entière. Bounnngggggg Bounnngggggg.

Une sensation incroyable se propage sur tout le globe. COUPÉ.

***

134

OUVERTURE EN FONDU.

Des millions d’Arabes se jettent sur le sol et prient. Les soldats américains laissent tomber leurs armes. Des millionnaires donnent leur fortune aux œuvres de charité. Les querelles de couples s’estompent. La tension combative s’évanouit partout sur le globe. Le renouveau spirituel est arrivé. La nature resplendit.

COUPÉ.

*** OUVERTURE EN FONDU

C’est la fête

EXT. NUIT, PETIT BAR SUR LA PLAGE.

Un feu est allumé dans la cour de la maison. Toute la bande est rassemblée et c’est la fête. Sophie et Philippe dansent la samba et s’amusent bien. Richard est assis avec Mademoiselle Lonzettie et il semble beaucoup mieux. Ils discutent et prennent un grand plaisir à cette petite fête. Philippe et Sophie dansent ensemble.

PHILIPPE

Je voulais te dire, ma cousine…

SOPHIE

Quoi, Philippe?

PHILIPPE

Eh bien, Sophie, je veux te remercier du fond du cœur, car sans toi, vraiment, j’étais perdu.

SOPHIE

Ne t’en fais pas, Philippe, ça va. Si c’était moi qui avais été si mal prise, je suis certaine que tu serais venu me chercher.

135

Philippe et Sophie se serrent tendrement. Marie Flore et Richard se jettent un sur l’autre et s’embrassent passionnément.

MARIE-FLORE

J’ai eu si peur, que tu ne sois plus jamais avec moi. Vraiment, mon chéri, la vie était devenue un enfer.

RICHARD

Oh, mon amour! Rien ne pourra nous séparer maintenant.

MARIE-FLORE

Ha, Richard! Sers-moi dans tes bras!

Ils s’embrassent au clair de lune.

RICHARD

Je t’aime.

Ils rient et se caressent tendrement.

FIN.

136

page138image3890464

137

138

Les personnages

Richard Bellavance
(Héros)
Jeune architecte québécois de 29 ans, mesure 1,78 mètres, pèse 80 kilos, a les yeux et les cheveux bruns, est mince et inventeur des super panneaux solaires qui ont sauvé le monde de la pollution. Richard est très actif et dynamique, toujours prêt à entreprendre de nouveaux projets. Il est très athlétique et a une passion pour les sports nautiques. Il est très ouvert d’esprit et est en amour avec Marie-Flore, une belle Africaine du Sénégal. Il habite cependant toujours chez sa mèremalgré le fait qu’il soit financièrement indépendant.

Philippe Richelieu
(Allié)
Héros québécois, agent secret au service des Nations Unies, commandant, pilote d’avions géants. Il mesure 1,83 mètres, pèse 80 kilos, est très agile et déterminé. Il a cependant mauvais caractère. Il a aussi un penchant pour l’alcool, les femmes et la fête. Cependant, quand c’est nécessaire, il développe une énergie fulgurante. Sophie Hoover et lui forment une paire inséparable.

Sophie Hoover
(Alliée)
Docteure en chimie et chanteuse, Sophie mesure 1,73 mètres, pèse 54 kilos et est dotée du pouvoir de vision de ses ancêtres amérindiens. Elle est le complément de Philippe par son scepticisme et son esprit d’analyse. Sa mère possède encore plus de pouvoirs surnaturels etguide sa fille par télépathie.

139

Steven Suzuki
(Mentor)
Le mentor, 47 ans, trapu, musclé, fonceur et très entrepreneur. Héritier d’une riche famille montréalaise ayant fait fortune dans le pétrole, Steven Suzuki a fait de hautes études en environnement et a décidé d’investir toute sa fortune pour sauver la planète. Ancien militant de Greenpeace, il a échappé à la noyade en essayant de bloquer unbaleinier Japonais qui allait harponner une baleine. Il est en conflitavec toute sa famille depuis qu’il s’est donné cette mission pour le genre humain.

Charles Sourdeau
(Allié)
68 ans, chef des Nations Unies, grand visionnaire et homme de science. Il est une représentation de Jacques Cousteau, célèbre explorateur français.

Général Louis Handfield
(Allié)
Chef de l’armée des Nations Unies (Casques bleus). Chef plongeur français, yeux bruns, cheveux bruns, personnage autoritaire et responsable.

Antésis
(L’ombre)
Princesse maléfique et sadique. Jeune femme troublée, très séduisanteet autoritaire. Elle est la chef des plongeurs assassins. Responsable du kidnapping de Richard. Elle mesure 1,63 mètres et pèse 50 kilos. Elle a un défaut de naissance à l’œil gauche. Elle a 27 ans et est particulièrement révoltée contre les hommes.

Sheila
(Gardienne du seuil du laboratoire)
Championne d’haltérophilie, esclave masochiste d’Antésis. Elle mesure 1,78 mètres, a les cheveux blonds et les yeux bleus.

140

Adolphe Vodenburg
(Filou)
Directeur général de la compagnie Hellex Oïl. Carriériste obsédé par l’argent et le rendement de sa société. Il est prêt à tout pour atteindre ses objectifs. Il projette de devenir l’homme le plus riche au monde. Il a 55 ans, yeux bruns, partiellement chauve et en mauvaise condition physique.

Mère de Sophie
(Alliée)
Elle a 53 ans, est de la génération « peace and love », est très mystique et religieuse. Elle possède des pouvoirs extrasensoriels très puissants.

Marie-Flore Visoue
(Alliée)
Copine de Richard, étudiante en agronomie, jolie femme de race noire. Grand sens de l’humour, un peu trop portée sur le sexe.

Viviane Lonzettie

Infirmière brésilienne en amour avec Philippe. Elle a les cheveuxfrisés bruns, elle est grande (1,78 mètres), très douce et romantique.

Jean-François
(Allié)
Adolescent de 16 ans fanatique d’ordinateurs. Il est en vacances enFloride avec sa famille pendant l’action du film.

Julie

Sœur de Jean-François, jolie et sensible, 18 ans, très active et intelligente.

Le fermier

Vieux Français campagnard, gardien des vaches modifiéestechnologiquement. Personnage bonasse et intemporel, un peu naïf, qui ne cherche qu’à rendre service aux autres.

141

Hélène

Femme de Robert, elle vit dans le monde négatif de 2100, elle souffre de diverses maladies causées par la pollution extrême de cette époque.

Robert

Homme de 45 ans, père de famille du monde négatif de 2100. Sa femme est Hélène. Lui aussi souffre de maladies, mais l’énergie de la survie de l’espèce le maintient actif.

142

page144image3891360

143

Les inventions

Super cellule photovoltaïque de grande efficacité

Invention de Richard. Panneaux solaires pouvant transformer 45% de l’énergie lumineuse en électricité. Ils sont fabriqués d’un matérielplastique flexible, peu coûteux. La plupart des moyens de transport et des édifices en sont recouverts dans le monde positif de 2100. Ils fournissent suffisamment d’énergie pour subvenir aux besoins de tousles humains, sans toutefois produire de pollution.

Accumulateur électrique ultraléger

Accumulateur électrique fabriqué à partir de matériaux composites ultralégers. Ces batteries peuvent emmagasiner, pour le même prix, 20 fois plus d’électricité que celles des automobiles actuellement.

Hélice électromagnétique

Mécanisme électromagnétique qui imite le fonctionnement d’une hélice d’avion, mais en utilisant le principe de l’électromagnétisme. La rotation de ce mécanisme produit un effet de traction sur le champ magnétique terrestre et propulse les avions.

Automobile électrique communautaire

Véhicule qui remplace l’automobile d’aujourd’hui. Il appartient à la communauté et est contrôlé par un système informatique. Plusieurs modèles sont disponibles pour chaque usage et chaque individu. Ils sont commandés par téléphone et viennent automatiquement chercher les usagers, dirigés par un pilote automatique.

Avions hybrides Zeppelin géants

Avions géants de forme delta. Ils contiennent 1000 passagers et plus. Ils volent à 200 km/h maximum pour un transport confortable et silencieux, ce qui économise l’énergie. Ils sont équipés d’un bar, d’un restaurant, d’un théâtre et même d’un gymnase.

145

Respirateur biomécanique

Équipement permettant à un plongeur de rester sous l’eau pendant plusieurs jours. Cet équipement recycle l’air respiré par le plongeur, en plus de puiser l’oxygène dissous dans l’eau à l’aide d’une membrane

osmotique, de la même manière que les branchies d’un poisson.

Observatoire marin

Équipement permettant aux touristes de visiter le fond des mers côtières. Un escalier est inséré dans un tube formé de plusieurs sections de matériaux translucides, le tout monté sur des rails. L’observatoire peut être descendu dans l’eau, puis remonté. Une fois l’observatoire sous l’eau, les visiteurs descendent par les escaliers pour visiter le fond des mers. La rétractation permet d’installer l’observatoire sur les côtes des mers nordiques puisque, en le remontant pour l’hiver, il se trouve placé à l’abri des glaces.

page147image2984160

146

page148image2930624
page148image2933536

147

Édifice rotatif

Édifice rotatif de plusieurs étages surmontés d’une serre géodésiquepouvant produire une partie de la nourriture de la population. Le centre de cette architecture sert d’axe à la rotation et abrite machineries, équipements de chauffage, escaliers ainsi que des salles de bain. La surface extérieure du bâtiment est recouverte de panneaux solaires qui transforment la lumière en électricité.

page149image2984384

148

page150image2986400

149

Vélo nautique

Bicyclette nautique offerte actuellement sur le marché. Elle estcomposée de trois parties démontables : guidon, flotteur et propulseur,le tout permettant à son utilisateur de se déplacer sur l’eau en position de cycliste.

page151image2986288
page151image2984944

150

page152image2990656
page152image3892928

151

Patins à neige

Article de sport hybride, entre le ski de fond et le ski alpin, permettant au skieur de se transporter très rapidement sur la neige. Les patins sont aussi munis d’une suspension.

page153image2934880

152

page154image2985168
page154image2986624

153

MAYAK

Petit kayak manœuvré en position à genoux. Empilable et facilement transportable.

page155image2977328
page155image2977440

154

page156image5039312
page156image5038304
page156image5034608

155

Créez ici vos propres inventions !

157

page176image3861792

175

L’architecture
et les lieux de tournage

Laboratoire d’Antésis, épave du destroyer

Le laboratoire scientifique d’Antésis a été aménagé à l’intérieur del’ancien destroyer de l’armée russe et a été coulé non loin d’une plage de Floride.

Habitat environnemental, résidence des parents

de Jean-François et Julie en Floride

Maison quadrant, concept d’habitation conçu par l’architecte Frank Lloyd Wright, mais adapté pour une production industrielle. Cet habitat est très ouvert sur la nature et est muni d’un réservoir d’eau potable ainsi que de panneaux solaires le rendant presque autonome énergétiquement. Un grand jardin, ainsi que des espaces pour le remisage des aliments, rend aussi ses habitants plus indépendants pour le contrôle de la qualité de la nourriture consommée.

Résidence écolo-mondaine, résidence des parents

de Richard Bellavance à la ville de Québec

Résidence nordique profitant d’une vue exceptionnelle. Facile àconstruire par une personne bricoleuse. Cet habitat inclut aussi une petite serre hydroponique pour la production alimentaire.

Chalet et cabane à bateau, au bord du lac Saint-

Joseph

Petite cabane utilisée pour le remisage d’un bateau. Elle est utilisée par Richard pour ses expériences sur les vélos nautiques.

Université Laval, Grand Salon, pavillon

Alphonse-Desjardins

Lieu de la conférence d’Steven Suzuki sur l’environnement.

177

Terrasse Dufferin, Québec, près du château Frontenac

Lieu de rencontre entre Richard et Steven Suzuki.

Mont-Tremblant

Centre de ski très connu des gens de Montréal. Lieu du kidnapping de Richard.

Siège social des Nations Unies

Bureau de Charles Sourdeau, président des Nations Unies.

Bureau d’Adolph Voudenburg

Siège social et bureau principal d’Adolph Voudenburg, Directeur de Hellex, Allemagne. Plus importante société pétrolière au monde.

Bord de la mer, plage de Floride

Lieu du sauvetage de Jean-François par Philippe.

Bord de la mer, plage de Floride

Lieu où la mère de Sophie étudie les religions extrêmes.

Maison de rebuts industriels d’Hélène et Robert

au Québec

Lieu où le monde négatif de 2100 se matérialise dans la séquence de discussion entre Hélène et Robert.

Bord de la mer, hôtel en Floride

Endroit de festivités à la fin de l’aventure.

Aéroport de Dorval, Montréal

Lieu du décollage de l’avion géant du commandant Richelieu.

Parc d’éoliennes en Europe

Endroit où Charles Sourdeau explique la mission de Philippe.
178

page180image3877696

179

La maison modulaire solaire

Cette maison pourrait aussi s’appeler « Maison éco-logique » parcequ’elle profite des technologies disponibles et suit les règles du code dubâtiment.

La fondation

Une fondation standard pourrait utiliser un puits canadien disposé en serpentin à proximité de l’excavation un peu surdimensionnée. Elle serait dans ce cas-ci de 5 mètres par 12 mètres et une extension d’environ 2,5 mètres par 5 mètres pourrait accueillir la serre.

Le module

Fabriqué en usine avec une dimension de maison mobile, il pourrait être mieux isolé que la normale et ne pas comporter de fenêtres du côté nord pour éviter des déperditions de chaleur. La partie sud est abondamment fenestrée et donne sur la serre. La maison récupère un maximum d’énergie solaire passive de cette façon. Les deux fenêtres résiduelles externes de part et d’autre de la serre sont dans la cuisine et la chambre principale.Elles permettent de voir la nature plus directement, sans passer par la serre.

page182image2996144

181

Le toit

Le toit est en fibre de verre qui pourra être appliquée en usine pourmaximiser sa qualité. Conçu avec une épaisseur supplémentaire, il permet à l’occupant d’y marcher sans peur de briser une membrane trop souvent fragile et qui se fendille au froid. On pourra y aménagerdes structures de bois pour y installer des pots de fleurs et des bacs pourla culture de plantes annuelles. On pourra ainsi réduire la surchauffe durant l’été. On pourra aussi y construire un trou formant un bac dans lequel, l’hiver, la neige pourrait être pelletée et elle fondrait, chauffée par le poêle pour ainsi récupérer l’eau. Durant l’été, cette eau est récupérée et dirigée vers la serre pour y être emmagasiné dans des réservoirs et utilisée pour la douche, la cuisine et aussi le lavage des vêtements, qui seront beaucoup plus propres et plus doux, étant donné l’absence de sels minéraux de l’eau de pluie. On pourrait aussi installer des panneaux solaires qui alimenteraient un circuit indépendant qui fournit le courant à des lumières DEL sous les cabinets dans la salle de bain et le corridor. Ce circuit servirait ainsi de circuit d’urgence pour les pannes d’électricité. Aussi, puisque le toit est parfaitement scellé, on pourrait l’inonder pour former une piscine de quelques centimètres d’eau pour un vrai rafraîchissement en pleine canicule.

page183image2995920

182

La serre

La serre, formant une extension sur la partie sud de la maison, permet de faire pousser des plantes comestibles à longueur d’année. Un jardin toute l’année, si on veut. Dans le cas illustré par les images de synthèse, un système aquaponique est installé, permettant aux poissons de l’aquarium de recycler les déchets de table. Cet aquarium est conçu comme une machine vivante pouvant être gérée par un ordinateur et il héberge diverses espèces comestibles par l’humain comme le tilapia, les moules d’eau douce, les crevettes d’eau douce, les guppys, les poissons rouges, etc. Ces espèces transformeront tous les déchets de table en eau chargée de fertilisant pour les plantes qui sera pompée dans les bacs disposés en cascade sur la rampe d’escalier. Cette action de pompage qui, en général, s’exécute quatre fois par jour devient une petite cascade d’eau très zen et vivante, agrémentant la vie des occupants.

page184image3844320

183

page185image2997152
page185image2998832

184

Aussi, on pourrait installer des panneaux solaires de grande dimension laminés sur un matériau isolant qui serait mobile et permettrait, en se refermant la nuit, d’isoler la serre et de minimiser grandement les pertes énergétiques qui rendent souvent inutiles les serres résidentielles l’hiver. Si on choisit cette option et qu’on installe d’autres panneaux solaires et un système de chauffage à l’eau solaire sur le toit, on peutcertainement penser à être totalement autosuffisant en électricité et nepas avoir besoin du branchement d’Hydro-Québec. Dans ce cas, on peut aussi envisager de relier le fonctionnement de l’ouverture des panneaux à un système domotique informatique si on n’a pas envie de faire cette gestion, qui pourrait par contre être fort intéressante pour quelqu’un à la retraite.

page186image5035952
page186image5015792

185

L’escalier

Il est dans la serre et oblige à vivre peut-être de temps à autre une variation de température, mais ce n’est pas nécessairement dangereux pour la santé, je penserais plutôt le contraire. S’exposer régulièrementau rythme de la nature serait plutôt bénéfique. Si quelqu’un n’a pasenvie de vivre cette expérience, il peut ajouter sans problème un escalier couvert en extension du côté nord ou chauffer en permanence la serre.

page187image2940032

186

Chauffage

On pourrait installer quelques plinthes électriques qui compenseraient les jours de grand froid sans soleil. Il ne faut pas oublier le poêle à bois qui servira à récupérer l’énergie des boîtes de carton et autres ainsi que des brindilles, bûches de bois, etc., en les brûlant.

Ce poêle pourrait bien avoir des serpentins d’eau ou de glycols qui chaufferaient la neige d’un bac de récupération de neige situé sur le toit comme mentionné précédemment. Il pourrait y avoir deux poêles, un au sous-sol pour les opérations plus salissantes et un autre partageant la chambre principale et le salon pour les joies d’un feu naturel.

page188image2923792

187

Fosse septique

Pour être totalement autosuffisant et écologique, on installera une fosse septique de style Écoflo, dont les eaux iront se perdre dans leboisé pour fertiliser les arbres qui seront éventuellement coupés pour servir de bois de chauffage.

Locataire ou unifamiliale

Au choix, on peut certainement louer le sous-sol en 31⁄2 puisqu’il est inusité et comportera même une vue sous-marine de l’aquarium. Très sympathique pour un jeune diplômé d’université qui commence sa vie professionnelle. Le haut pourra donc servir au propriétaire. Sinon, on pourra aménager le sous-sol avec deux chambres et une salle de bain pour des enfants et une famille.

188

page190image3901888

189

L’homme et son utilité dans la reproduction planétaire

Par Pierre-Louis ParantÉcrit le 7 août 2009

Nous vivons dans un monde rempli de contradictions. Le cerveau reptilien n’étant pas en phase avec le néocortex plus récent, lespulsions primitives sont encore difficilement contrôlées. Maisencore, la constante fascination de l’homme pour la perfection et son idéalisme le déçoit constamment puisque le monde réel est biologique et fondamentalement imparfait. Cette dualité le pousse dans une quête inatteignable et contribue, sans qu’il le sache, à l’évolution. Qui plus est, l’évolution suit son cours, sautant d’une génération à l’autre sans que nous percevions son effet étant donné notre longévité limitée et la progression lente des changements du vivant.

L’activité humaine est naturelle, nous ne sommes pas un parasite du globe terrestre, c’est plutôt le code génétique propagé par les bactéries innombrables qui est le parasite de la matière. Ce code se propage dans l’univers, ensemence les astres et se déploie sur ceux fertiles en eau qui sont susceptibles d’être un bon support à l’évolution. Si, comme des poupées russes, l’idée que le monde est semblable, mais à des échelles différentes est juste, nous sommes pareils à un champignon dont le mycélium vit et croît dans les troncs d’arbres morts. Les bactéries comme ce mycélium s’accaparent toute la surface de la planète hôte,la modifient et permettent à des formes de vie plus complexes de voirle jour par le biais des jeux de la sélection naturelle. L’être humain ne peut être autre chose que le résultat du mécanisme évolutif puisqu’il est démontré que nous en sommes le résultat, donc naturel autant que

191

les plantes, les animaux et les poissons. L’homme, sans le savoir, est un catalyseur de cette évolution en créant des machines performantes et même le support intangible informatique permettra une évolution encore plus rapide.

Nous sommes, bien que certains portent en eux la conscience, assiégés par le mécanisme de mutation-propagation-sélection qui fait progresser le vivant en créant des entités de plus en plus complexes. Les archéologues constatent depuis le début dans la présence de la vie sur la terre des phases de progression et de dépression. Certes, l’évolution est le maître et l’idéal de ce monde. L’époque dans laquelle nous vivons est celle de l’humain, mais il ne semble pas comprendre qu’il épuise de façon presque explosive (vu de l’échelle cosmique) toutes les ressources de la planète. Il paraît certain que l’égocentrisme est le guide et non le partage. La fabrication d’engins volants et la volonté d’exploration sont évidemment plus intéressantes que le partage et la volonté de créer un monde serein, chose qui aurait pu être faite il y a bien longtemps si cela avait été l’objectif.

Le but ne serait-il pas de créer un maximum d’effervescence et de lancer des véhicules dans l’espace? Voilà donc ce qui me permet de proposer ma théorie où cette époque serait une phase de reproduction planétaire. Nous sommes le résultat de l’évolution où l’espèce intelligente de la planète au moment précis où elle puise toutes les ressources disponibles pour aller dans l’espace. Comme notrechampignon qui a infecté de son mycélium (réseau de filaments qui infiltrent le bois, 95 % de la masse d’un champignon) le tronc d’arbremort va soudainement produire un chapeau d’où les spores partiront, poussés par le vent, contaminer d’autres tronc d’arbres morts pour y puiser l’énergie disponible. Si cette logique se poursuit, bientôt nous exploserons en activités spatiales, militaires ou maintenant touristiques spatiales. Que ce soit par vol direct ou collision de satellites et vaisseaux spatiaux, nous faisons et ferons voyager du matériel sur lequel reposent des bactéries hors de la planète qui iront ensemencer les autres mondes. Nous pouvons aussi nous comparer aux éphémères qui jaillissent tous ensemble dans un bourdonnement effervescent, dans le seul but de se reproduire, et meurent ensuite. Nous sommes comme des saumons qui vont mourir pour perpétuer la race.

192

Voilà l’essence de cette théorie et, si elle s’avérait juste, on pourrait constater la présence de bactéries en haute atmosphère qui auraient la capacité de s’accrocher à des débris de météorites ou aux vaisseaux spatiaux. La présence d’êtres vivants dans un vaisseau spatial étant aussi une possibilité de déplacer la matrice dans l’enveloppe bactérienne du code génétique sur d’autres planètes. En effet, nous avons des milliards de bactéries qui nous habitent, spécialement dans le tube digestif, où pas moins de 3 livres de milliers d’espèces de bactéries nous habitent. En fait, si elles disparaissaient, nous mourions instantanément. Donc, que l’hôte humain survive ou pas, cela a peu d’importance puisque le grand cirque pourra recommencer ailleurs à partir du corps humain vivant ou mort reposant sur la nouvelle planète.

Il ne nous reste qu’à espérer qu’un messie issu de la conscience possède la solution pour apaiser ce phénomène ou à prier pour faire partie des individus qui survivront. Voilà ce qui serait pour moi unevision scientifique de l’Armageddon.

193

page196image3867616

195

Biographie de l’auteur

Je suis né le 13 mai 1962, jour de la fête des Mères, à L’Hôtel-Dieude Québec. Premier fils de mon père, François Parant, médecin, et de ma mère, Édith Carette, infirmière. J’ai vécu à Sainte-Foy, dansla belle ville de Québec, et je crois avoir eu une enfance parfaite. À l’adolescence, je me passionne pour l’aquariophilie et les reportages de Jacques Cousteau. Dans la vingtaine, j’excelle en ski acrobatique et je deviens membre du Québec Air Force où je remporte des médailles en compétition et fais des tournées de spectacles en Europe. Par la suite, je rentre à l’Université pour y faire des études en biologie et je termine en 1989 un baccalauréat en architecture. L’économie étant au ralenti à cette époque et le travail d’architecte, inexistant, je décide de me lancer en affaires en commercialisant, avec des associés, le vélo nautique (Surfbike) que j’avais inventé dans l’esprit du monde merveilleux de Jacques Cousteau. Malheureusement, je tombe dans un piège qui m’avait été tendu par mes associés de l’époque et je dois douloureusement quitter l’entreprise que j’avais créée. Par contre, la célébrité de ma création m’amène à faire des messages publicitaires à la télévision et dans les magazines. Je quitte Québec pour Montréalafin de me rapprocher du monde du cinéma. Après quelques annéesà faire à la fois de la recherche sur d’autres formes d’embarcations et des rôles de mannequin et d’acteur dans des publicités, je décided’écrire un scénario de film (La méduse et l’ambition) et je lance uneautre compagnie de produits aquatiques avec un concept de kayak- planche de surf empilable (Yogakayak).

197

Remerciements

Je tiens à remercier :

Richard D’Amour, modeleur hors pair, qui m’a aidé grandement dans la réalisation des prototypes, moulages et inventions.
Yoland Dumas, comptable et ami, qui a été d’un grand soutien avec ses conseils et suggestions d’affaires.

Édith Carette Parant, ma mère pour son soutien et son aide. J’ai eu la chance d’avoir la meilleure mère au monde.
Jean-François Parant, mon frère, toujours prêt à aider les autres et passionné par la bourse.

Marie-Hélène Parant, pour ses idées et sa passion pour l’art.
Ma tante Céline Turcotte, pour son sens critique et ses commentaires sur mon projet.
Noémie Trottier, pour son soutien et sa collaboration dans mes aventures et tournages de vidéos.
Daniel Brûlé, pour sa collaboration dans nos aventures sur les plages de Cape Code.
Docteur Lilian Lonzettie, « obrigado » pour son soutien et son aide lors des voyages au Brésil.
L’équipe nationale de ski acrobatique, le centre Acrobatx, pour leur aide lors du tournage Mayak-polo.
La ville de Montréal, pour avoir cru en moi depuis le départ.
La gestion du parc Jean-Drapeau.
La municipalité de Lac-Beauport.
Le club nautique Lac-Beauport, pour leur aide dans le développement de mes projets.
Le centre Jouvence des Cantons de l’Est, pour avoir embarqué dans toutes mes idées depuis le début.
M. Michel Lépine et Premiertech pour leur compréhension et leur support dans ma vie d’entrepreneur.
Isabelle Demers pour son temps et son talent à la mise en page et à la réalisation des images de personnages du livre.
Maude Gamache-Bastille pour la correction hors pair de la langue française.

Merci à tout un chacun qui me connaît et qui partage mes idées et ma volonté de changement.

page200image1701824
page200image1693712
page200image1689760
page200image1691008
page200image1690592
page200image1690384
page200image1689136
page200image1688304
page200image1688512
page200image1690800
page200image3673760
page200image3672720
page200image3672928
page200image3674384
page200image3673344
page200image3673552
page200image3674592
page200image3673968
page200image3674176
page200image3674800

199

Visitez :Yogakayak.com

page201image2945968
page201image3675216
page201image3675424
page201image3675632
page201image3675840
page201image3676048
page201image2944960
page201image3676880

200

page202image3850816